Urgence Ituri : “motion de défiance inoportune”, l’Inspection Générale des Finances décide de dépêcher une mission spéciale d’enquête pour un contrôle rigoureux de la gestion financière.

Lors de la visite du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans cette province. Il avait décidé après visite des camps des déplacés de faire un don pour une action humanitaire en faveur de cette catégorie. D’ou, 850.000 dollars étaient octroyés en faveur des déplacés de Djugu et Irumu.

Entre-temps, la gestion directe devrait être assurée par la Caritas en partenariat avec le gouvernement provincial. Selon nos sources, Caritas a déjà reçu 680.000 dollars soit 80% de la somme totale. Il ne reste à ce jour, que 20% soit une somme évaluée à 170.000 dollars.

Ce montant selon un responsable de la Caritas contacté par le site LEGRANDCONGO, couvre la sécurité alimentaire, les articles ménagères essentiels, et les actions sanitaires. La province pour sa part, au delà du décaissement, n’attend que le rapport sur la gestion de l’enveloppe perçue.

S’agissant de l’achat de 10 véhicules pour la PNC, il faut préciser à ce stade, aucun véhicule n’a été acheté auprès de divers fournisseurs au prix de 10.000 dollars comme certains élus provinciaux ne cessent de le dire. Les véhicules en questions ont été payés en deçà de 6.000 dollars réaffirme la source.

Concernant la vente de 12 lingots d’or. Étant donné que la Banque Centrale dans cette province n’organise pas le service ou guichet de réserve pour conserver les grammes d’or, la province était dans l’obligation selon l’un conseiller du gouverneur, de transporter les 6.539, 16 grammes d’or en monnaie. C’est dans ce sens que le Gouvernement Provincial les a vendus dans un comptoir agréé et aussitôt, l’argent de ces plaquettes d’or a été versé dans un compte du Trésor de la Province.

Entre-temps, l”Assemblée Provinciale est appelée, à justifier chaque mois, l’argent perçu du gouvernement provincial. Pour l’instant, on a constaté également une concurrence de leadership entre les chefs des exécutifs provinciaux et le présidents des l’Assemblée provinciales. Le président de la République étant le garant de la nation est invité à trouver un cahier de charge pour les présidents des Assemblées Provinciaux.

Pour éviter l’incompréhension et le soupçon dans la gestion de la province, le gouverneur de l’Ituri Jean Bamanisa Saidi avait, selon un député provincial, demandé dans une lettre du 05 septembre 2019, à l’Inspection Générale des Finances à diligenter une mission d’enquête pour faire de la lumière sur sa gestion financière et celle de sa province.

Demande faite après les spéculations sur le détournement des fonds alloués par le gouvernement central en faveur des déplacés de Djugu. Principal dossier qui a également fait l’objet de la motion de défiance dirigée contre lui par certains députés provinciaux le 20 novembre dernier. La question est celle de savoir pourquoi, l’Assemblée Provinciale, dont une copie avait été adressée à son président, n’a-t-elle pas attendu les enquêtes de l’Inspection Générale des Finances qui pourtant avaient été programmées initialement au 30 novembre 2019 ?

Cette motion de défiance contre le gouverneur Bamanisa est liée plus de 80 % sur des questions de gestion. Et pourtant, chaque secteur a un ministre qui gère au quotidien son secteur.

Pourquoi cette précipitation surtout que le contrôle des finances est réservé à l’IGF ?

« Curieusement, quelques jours après, la copie de la dite lettre et la ventilation des besoins avec accusée de réception du Ministère des Finances s’est retrouvée entre les mains d’un député nationale de la Province de l’Ituri qui en a fait des dangereuses dénonciations à travers les médias et réseaux sociaux avec affirmations scandaleuses outrées, allant jusqu’à imputer au gouvernement Provincial le détournement des fonds, pourtant destinés aux besoins stratégiques et sécuritaires sans qu’un moindre contrôle ait été réalisé, ni par l’Assemblée Provinciale, moins encore quelque organe de contrôle légalement établit, pour en savoir les affectations comptables » indique ce document.

À en croire, l’un des membres du bureau de l’Assemblée Provinciale, en date du 01 octobre, l’inspecteur générale des finances avait donné son accord en programmant cette mission pour le 30 novembre 2019 en l’élargissant sur l’Assemblée Provinciales mais aussi sur les régies financières de la Province. Nous osons croire que le même contrôle devra être effectué à la DGDA dans cette même province de l’Ituri.

Eu égard à ce qui précède, il y’a lieu d’organiser des formations et les ateliers de recyclages en faveur des députés provinciaux qui abusent déjà de leur pouvoir. On a constaté l’incompréhension sur le rôle du député, du président du bureau, et sur la différence entre une motion de défiance (qui sanctionne un seul membre du gouvernement) et celle de censure (qui vise tout l’appareil gouvernemental). Cas notamment des provinces du Haut-Lomami, Sankuru, Ituri, Kasaï Oriental… d’où, le chef de l’État atravers le ministère de l’intérieur devra former ces élus de fête à la recherche des moyens.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires