UJCC : Le Gouvernement congolais appelé à suivre l’exemple des institutions internationales pour élever Denis Mukwege dans l’ordre national des héros nationaux PE. Lumumba et LD. Kabila

295
0
Partager

Le médecin congolais Denis Mukwege proclamé jeudi 04 octobre « Prix Nobel de la paix ». À l’annonce de cette nouvelle, une pluie de félicitations s’est déversée sur celui qu’on appelle « l’homme qui répare les femmes ».

Au nombre de ces réactions, celle de l’Union des Jeunes Congolais pour le Changement « UJCC » qui salue cette récompense de l’action courageuse que mène le médecin congolais pour guérir les femmes survivantes de violences sexuelles dans les conflits armés et dénoncer les causes sous-jacentes de ces atrocités.

Pour le Président de l’UJCC Mukenge Barhegine Totoro, ce Prix décerné au Docteur Mukwege est non seulement le fruit de l’amour du travail de qualité et de l’altruisme du Médecin Directeur de l’hôpital de Panzi mais aussi le résultat de l’adhésion massive du peuple congolais aux valeurs que prône le Dr. Denis Mukwege.
Quoi de plus normal que ce leader de la jeunesse rende l’ascenseur à l’ensemble du peuple congolais, particulièrement aux femmes de la RDC qui accompagnent le Dr. Mukwege dans son noble combat pour la paix et l’instauration d’un véritable État de droit au Congo.

MUKWEGE, UN MODÈLE POUR LA JEUNESSE
L’UJCC croit, dur comme fer, que le problème du Congo est avant tout, un problème de valeurs. D’où, ce mouvement citoyen considère le Dr. Denis Mukwege comme un modèle, un homme pétri de valeurs chrétiennes, intellectuelles, éthiques et morales dont la génération actuelle doit s’inspirer.

Cette trouvaille, l’Union de Jeunes Congolais pour le changement l’a faite depuis bientôt 10 ans, alors que les projecteurs de l’humanité n’étaient pas encore fixés sur « l’homme qui répare les femmes ».

Déjà en 2010, au cours de la conférence sur la Gouvernance du Sud-Kivu, organisée au Ministère des affaires étrangères à Kinshasa, l’UJCC avait soulevé, sans coup férir, la problématique des valeurs que devraient incarner tous ceux qui sont appelés à assumer certaines responsabilités.

Son Président Mukenge Totoro avait surpris l’assistance en lui déroulant le portrait d’un homme de valeurs, que l’asbl avait déniché comme modèle pour les générations actuelle et future. Et cet homme n’était personne d’autre que le Dr. Denis Mukwege.

« Fils d’un pasteur d’une église pentecôtiste de Bukavu, Denis Mukwege, dans sa jeunesse, accompagnait son père qui priait pour les malades. De là, il nourrit la volonté d’aider les patients sur le plan médical. Il décide de devenir médecin, pédiatre au départ.

Le jeune médecin frappé par les souffrances que rencontrent les femmes durant l’accouchement : atteintes de malnutrition, mariées trop jeunes, elles ont le bassin trop étroit et les naissances doivent souvent se faire par césarienne. Il arrive aussi que, venant de campagnes reculées, les femmes qui ont attendu trop longtemps pour chercher de l’aide soient saignées à blanc à leur arrivée à l’hôpital et meurent en couches.
Et les survivantes sortent avec des lésions génitales graves. C’est ainsi que, mû par la volonté d’aider ces femmes décide de faire les études de Gynécologie Obstétrique.

Fort de cette spécialisation, le Dr. Mukwege se mettra totalement au service de ces femmes, particulièrement celles victimes de violences sexuelles, dans cette région ravagée par la guerre et son cortège d’attrocités.

Aujourd’hui, le Médecin Denis Mukwege est devenu, grâce à sa détermination doublée de discipline, la figure de la lutte contre les viols sur les femmes et pour l’instauration de la paix et de l’État de droit. Un véritable modèle.

Par la bouche de son Président Mukenge Totoro, l’UJCC rappelle sa plaidoirie pour l’élévation du Dr. Denis Mukwege dans l’ordre national des héros nationaux Patrice Emery Lumumba et Mzee Laurent Désiré Kabila, combat qu’elle mène depuis plusieurs années.

« En 2009, il a obtenu le prix français des droits de l’homme, il a aussi été fait chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur. Bien avant, le prix Olaf Palme 2008 lui a  été décerné.
En 2013, une autre distinction a été décernée au Gynécologue congolais, le prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits. Le prix Sakharov des droits de l’homme lui a été attribué en 2014 par le Parlement européen, en guise de reconnaissance mondiale du travail de cet acteur de premier plan dans la résolution des conflits en Afrique. »

On peut citer aussi le Inamori Prize for Ethics 2014 (Japon-États-Unis), le prix Primo Levi (Italie), le prix Solidaris de l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles (Belgique) et la médaille de l’Académie royale des sciences d’outre-mer (Belgique) ».

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse