SANTE ET RIGUEUR :Le ministre Oly Ilunga exige un concours avant l’attribution du numéro d’ordre des médecins en RDC.

54
0
Partager

Le ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a recommandé vendredi, au Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) de la RDC d’instaurer un concours avant l’attribution du numéro d’ordre des médecins afin de contrôler l’accès à la profession.
Source ministere

Le ministre de la Santé, qui intervenait à l’occasion du congrès extraordinaire du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), tenu à Caritas Congo, à Kinshasa, a relevé l’urgence de changer les choses dans l’exercice de cette noble profession et de relever la médecine.
« Ce qu’on peut changer dès aujourd’hui, dès demain, dès l’année prochaine et d’instaurer un concours pour avoir l’attribution du numéro d’ordre des médecins.

Lorsque le Conseil national de l’Ordre des médecins avait été créé, il y a 50 ans, il y avait une seule faculté des médecines, Louvanium et le curriculum était bien connu et avait une accréditation internationale de l’époque. Il y avait des professeurs du monde entier qui venaient donner cours et le programme était calqué sur un programme international. Ce qui donnait librement accès à la profession à ceux qui étaient diplômés de cette université. En ce moment-là, donner accès à la profession allait de soi », a souligné Dr Oly Ilunga.
Pour lui, dans l’environnement actuel, avec l’inégalité des formations, si le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) veut rester le garant de la qualité, il doit contrôler de façon équitable l’accès à la profession de manière à choisir une série de facultés des médecines qui ont un Curriculum bien donné, mais aussi par souci d’équité offrir un concours pour permettre à tout le monde, sans exception, de pouvoir se remettre à niveau.

Ce concours, selon la pensée du ministre de la Santé, est comparable à un examen qui se déroule dans plusieurs pays notamment, en Afrique du Sud, au Canada et aux Etats-Unis.
Il a annoncé, à cet effet, la disponibilité de la coopération canadienne à accompagner la RDC à travers son ministère de la Santé à organiser et à mettre en place un concours d’accréditation.
D’après le ministre, le CNOM et les facultés des médecines pourraient s’associer pour créer une instance qui aura la mission de préparer les personnes à ce concours en accordant une égalité de chance à tous. « A l’issue de ce concours, ceux qui vont réussir auront droit à l’exercice à leur profession médicale. Ensuite, des mécanismes d’accréditation et de formations continues seront mis en place et un numéro d’ordre non à vie octroyé, afin de pouvoir revoir une séquence où l’élite, avec tout le progrès de la science et les innovations technologiques, pourra se mette à jour », a expliqué le ministre Ilunga.
Il a soutenu que ce système permettra à la RDC de créer des champions au niveau national.
« Normalement dans une nation de 100 millions d’habitants, la probabilité d’avoir les génies est beaucoup plus important que dans les pays de deux millions d’habitants. Dans toutes les civilisations du monde, l’accès à la profession médicale est une chose fondamentale, car il s’agit de la vie humaine qui est la plus précieuse », a souligné le Dr Oly Ilunga.
Pour le président du Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM), le Dr Berthier Nsadi, qui a présenté sa réflexion sur « l’accréditation de la pratique médicale en RDC. Quelle approche », 2021 est le Dead line pour l’accréditation des institutions universitaires.
« En 2021, les facultés des médecines qui n’entreront pas dans ce système d’accréditation, leurs diplômes ne seront pas reconnus dans le système international », a-t-il dit, indiquant qu’au-delà de l’accréditation des institutions de formations, il y a aussi la nécessité d’accréditer les praticiens pour garantir la formation continue.
Tous ces changements ont pour un seul but d’avoir des médecins de qualité qui donneront une bonne image du pays, conclu-t-il.
Le congrès extraordinaire du Conseil national de l’Ordre des médecins a coïncidé avec la célébration de ses 50 ans d’existence, rappelle-t-on.

Thierry Kasongo
Redaction
0819439214

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse