RTNC-Menaces de grève : Freddy Mulumba ,DG ai éventre le boa

65

Quel rapport entre grève et sabotage des matériels ?
Freddy Mulumba l’a fait observer lors d’un échange avec les directeurs de cette entreprise dans la salle de réunion de l’ICA située dans les installations de la RTNC.

Cette rencontre a été une occasion pour le numéro 1 intérimaire de cet établissement public de lever toute équivoque au sujet de la rumeur et les intox relayés dans des réseaux sociaux en rapport avec la gestion calamiteuse de l’entreprise.

Pour Freddy Mulumba, la situation de cet établissement doit être tirée à la lumière surtout qu’elle reste dramatique aux yeux de tous.

Voilà pourquoi, il s’est dit satisfait de l’apport de l’Inspection générale des Finances (IGF) qui devra faire un contrôle rigoureux pour permettre à la justice d’arrêter les auteurs.

Il a , pour ce faire, annoncé la mise sur pied des commissions en interne pour connaître les vrais agents de la RTNC qui, à ce jour, sont évalués à plus de 2000 pour la seule ville de Kinshasa et plus de 3000 pour l’ensemble du pays.

Déjà l’IGF est à l’oeuvre pour enquêter sur les différents dossiers touchant à la prime, les lignes budgétaires et autres, a-t-il assuré.

Ceux qui ne veulent pas voir la RTNC évoluée, trouvent des astuces pour combattre la nouvelle vision basée sur la rigueur imprimée par Freddy Mulumba qui tient à remettre cette chaîne publique sur le rail.

Aujourd’hui, « Ils veulent créer un désordre pour empêcher l’IGF d’aller jusqu’au bout parce qu’on va trouver des cadavres dans les tiroirs ».

S’agissant des revendications des syndicalistes, Freddy Mulumba pense que leur cahier des charges est presque vide car le ministre de la Communication et médias a déjà déposé le document salarial à son collègue du Budget.

Une information confirmée par le directeur financié qui était dépêché ce vendredi pour suivre de prêt le dossier.

À ce stade, il estime que les revendications des syndicalistes ne tiennent pas debout. Il a fait voir aux directeurs de la Radio télévision nationale Congolaise que l’entreprise a plusieurs maux à soigner, mais tout ceci nécessite un travail de fond.un groupe des gens m’a mal intentionnés a essayé même dans la nuit du mercredi de saboter un groupe électrique commis à l’alimentation des équipements en cas de coupure.

Il a en outre ordonné la suspension de diffusion de toutes les publicités dont les contrats ont été signé par des personnes non qualifiées ,et cela jusqu’à nouvel ordre.

À titre illustratif, le directeur général a.i de la chaîne nationale a révélé que cette décision était prise après avoir découvert qu’une entreprise de pari sportif a signé un contrat « irrégulier » de 7.000 USD mais c’est seulement 4.000 USD qui sont versés à la caisse chaque mois.

À cela, s’ajoute l’argent affecté aux soins de santé qui sort sans aucune forme de procédure.

La RTNC mal gérée

« Pour tirer tout au clair la megestion de cette entreprise, le directeur général ai. a demandé à chacun de laisser libre l’IGF d’effectuer son contrôle, avant de s’interroger pourquoi les détracteurs sont-ils pressés pour agir et crier au scandale ? Et qu’est-ce qui peut encore les pousser à saboter les biens de l’entreprise, en particulier les groupes électrogènes ? »

Pour les questions liées à la mauvaise gestion, Freddy Mulumba Kabwayi estime qu’avec la mission de contrôle qu’effectue l’Inspection générale des Finances (IGF), les choses seront placées sur un tableau peint de vérité.

Pour lui, cela prouve que les revendications ne sont pas salariales car, dit-il, il y a des ambitions politiques qui se cachent derrière ces revendications. « Le problème est que tout le monde veut avoir le poste, le problème est que là où on volait j’ai tout bouché. Donc, les gens ont peur de la rigueur », a martelé la main sur le cœur Freddy Mulumba.

À l’en croire, la solution aux problèmes réside dans la négociation « Quand il y a un conflit entre employeur et employés, ça se termine comment ? Ils ne veulent pas les négociations (…) Ils veulent seulement créer un désordre pour empêcher l’IGF d’aller jusqu’au bout parce qu’on va attraper des cadavres dans les tiroirs. Je viens de mettre fin aux désordres. L’IGF est arrivée, c’est le ministre Patrick Muyaya qui a demandé que l’IGF vienne ici, ce n’est pas les syndicats. Tous les directeurs ont été entendus. Mais quand on va découvrir des cadavres dans les tiroirs, là beaucoup vont perdre. Voilà pourquoi ils fomentent les coups pour brouiller les cartes, pour que l’enquête de l’IGF ne puisse pas aboutir », a-t-il fait remarquer.

S’agissant de 11 milliards de Francs congolais qui auraient disparu selon les syndicalistes, Freddy Mulumba a rassuré que ce sont des rumeurs et que cette somme n’existe pas. « Qu’on n’ait pas peur, l’IGF est là pour contrôler. On va savoir ce que ça va donner », a dit le DG a.i de la RTNC.

Cependant, Freddy Mulumba appelle les syndicalistes à privilégier les négociations plutôt que la grève car, martèle-t-il, le rôle d’un syndicat n’est pas celui d’aller en grève.

Le grand Congo

Partager

Pas de commentaires