Rentrée scolaire 2019 : CONEPT-YMAE-AP.ETFP exigent la gratuité de l’éducation sur l’ensemble de la RDC. Une équation pour Félix Tshisekedi!

Au cours d’une conférence de presse, la société civile du secteur de l’éducation impliquée dans le processus de la mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base en RDC a invité le président de la République à appliquer sans faille la loi en cette matière.

Les acteurs du secteur Éducatif se sont demandés OÙ EN SOMMES NOUS sur cette question d’intérêt national : la gratuite de l’éducation.

“C’est pour l’avenir de nos enfants”.

La Coalition Nationale de l’Education pour Tous (CONEPT) a fustigé cependant, l’hypocrisie de l’Etat sur la gratuité de l’éducation et cela, à quelques jours de la rentrée scolaire.
Le coordonnateur de cette structure, Jacques Tshimbalanga se demande pourquoi le gouvernement tergiverse au lieu de prendre une décision responsable pour l’application de la gratuité en RDC.
il se pose la question pourquoi ce gouvernement ouvre une brèche pour que les parents s’entendent avec les partenaires à fin de refuser d’envoyer les enfants le 2 septembre prochain.

Conept RDC tranche. ’’ Que l’Etat reprenne sa charge régalienne de prendre en charge la situation de l’éducation ; Que les gouvernements au niveau national et provincial arrêtent cette hypocrisie ; que les parents attendent fermement la tenue de cette table ronde ratée… ’’ .

La Conept RDC, YMAE et les autres partenaires attendent à quelques semaines de la rentrée scolaire 2019-2020 :

1. Que l’État mobilise les fonds pour prendre en charge les enseignants ;

2. Que l’État verse dans des écoles les frais de fonctionnement ;

3. Que l’Etat prévoie une ligne budgétaire pour l’achat des livres de base et la construction des écoles ;
4. Que l’Etat s’active dans la lutte contre la corruption ;

5. Et enfin que l’Etat respecte ses engagements pour qu’en 2020, 23.5% soient consacrés à l’éducation dans le budget national.

Tshimbalanga a saisi l’occasion pour contextualiser le processus de mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base.

Après la première table ronde tenue à Lubumbashi il y a trois ans et la dernière table ronde de Kinshasa, il était prévu une autre table ronde sur la gratuité de l’éducation de base ce lundi 12 août 2019 à Kinshasa, explique-t-il.

Aucun signal fort ajoute-t-il, n’a été donné par le gouvernement pendant que les participants étaient présents au lieu prévu de cette table ronde’’.

Et pourtant, les travaux préparatoires de cette table ronde ont effectivement eu lieu, pendant quatre jours, en présence de représentants de la présidence, du gouvernement, de l’Epsp, du budget et des finances.

Qu’à cela ne tienne, le coordonnateur de la Conept RDC s’est encore une fois étendu sur les matériaux juridiques qui traitent de la question de la gratuité de l’éducation : articles 43 de la constitution, les instruments juridiques internationaux,… .

Pour illustrer, il a cité la Loi cadre de 2014, en ses articles 12,7 et 18 : ” … l’enseignement est gratuit et l’Etat doit mobiliser toutes les ressources financières…’’.

A cela, il faut ajouter l’engagement ferme du président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi sur cette question de la gratuité de l’éducation. Parlant de celle-ci, il rappelle qu’il s’agit de ’’ l’école primaire, la 7ème et la 8ème. Bref, les anciens cycles d’orientation.

De son côté, le secrétaire général et superviseur de la campagne’’ École eza Mumbongo te’’, Serges Bondedi a donné six acquis qui rendent possible la gratuité de l’éducation de base :
Il s’agit de : ’’ la mobilisation de la population sur cette question, l’engagement du Chef de l’Etat, les dispositions du calendrier scolaire, la circulaire du ministre de l’enseignement primaire et secondaire qui supprime les 4 frais relevant du pouvoir central, la prise de position du gouvernement sur la gratuité de l’enseignement et les trois instructions du Chef de l’Etat, à travers son Dircab du 02 août 2019.

Tous ces acquis, dit-il, sont les signes balisés pour la gratuité de l’éducation de base l’année 2019-2020.

LA SOCIÉTÉ CIVILE DU SECTEUR DE L’ÉDUCATION IMPLIQUÉE DANS LE PROCESSUS DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA GRATUITÉ DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE EN RDC fustige l’hésitation du gouvernement et se relance pour une guerre sans merci.

VOICI LES ACQUIS POUR UNE RENTRÉE SCOLAIRE GRATUITE :

1. Les Parents sont plus que mobilisé comme jamais (près d’un million et demi des personnes ont signé la pétition et 7000 ont dénoncé des actes du monnayage) ;

2. L’engagement ferme du Chef de l’État à assuré la mise en œuvre de la gratuité ;

3. Les dispositions du point II et VII. 2. du Calendrier scolaire 2019-2010 qui, fixent gratuite les inscriptions d’une part et d’autre part, place l’année sous le signe de la gratuité ;

3. La circulaire du Ministre de L’EPSP supprimant les frais de
> Bulletins
> Sernie
> Minerval
> Frais d’assurance ;
4. La convocation de la table ronde sur la mise en œuvre de l’éducation de base et non de l’enseignement primaire ;

5. L’instruction ferme du Chef de L’État par son Directeur de Cabinet à Monsieur le Ministre du Budget en prendre en compte les dépenses de la gratuité de l’enseignement de base, elles ont été donné le 02/08/2019 Numéro 1731/07/2019, il a été décidé :
A. Salaire des enseignants à 100 USD/mois pour les moins gradé ;
B. Frais de fonctionnement des écoles et des bureaux gestionnaires à 50 usd/mois ;
C. Paiement de 15.000 enseignants NP/ 132.617
D. Le paiement de transport et indemnités de logement des enseignants de Kinshasa et des chefs lieux à un effectif de 51.919 unités. C’est dans une série question réponse, que les deux parties presse-oganisateurs se sont séparés avec l’engagement ferme des journalistes de continuer à accompagner ce processus combien complexe.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse