RDC-Protection de l’environnement et lutte contre la pollution : bientôt la sortie officielle du Parti SOLEIL. Dr Médard Dieya annonce les couleurs.

Un nouveau parti vert vient de naître dans le microcosme politique de la République Démocratique du Congo. Il s’agit du Parti écologiste ” SOLEIL “, S comme Souveraineté
O: Ordre
L: Liberté
E: Écologie
I: Innovation
L: Lumière, dont la sortie officielle n’est plus qu’une question de jours.

Agréé par le ministère de l’Intérieur, le parti SOLEIL, selon son Président National Docteur Médard Dieya Dieya, se veut le porte-étendard et gardien de l’environnement ainsi que des écosystèmes en République démocratique du Congo.

Devant la presse nationale qu’internationale réunie autour de la piscine du Fleuve Congo Hôtel à Kinshasa docteur Dieya a dit que le Parti SOLEIL est une structure politique qui va désormais militer pour la promotion des valeurs vertes, de l’écosocialisme et de démocratie participative. Le Parti vert entend par ailleurs, se différencier par son approche intégrée du développement qui insiste sur l’interdépendance des différents champs d’intervention du gouvernement.

Le Parti SOLEIL se veut un parti des citoyens pour qui les enjeux environnementaux sont prioritaires. Il considère que l’action gouvernementale doit être orientée dans la construction d’une société plus verte, juste, démocratique et équitable. Le parti SOLEIL s’inspirent des six valeurs communes exprimées dans la Charte des Verts mondiaux, c’est-à-dire la sagesse écologique, la non-violence, la justice sociale, le développement durable, la démocratie participative et le respect de la diversité.

Le parti SOLEIL souhaite « sanctuariser » les terres agricoles de la RDC : d’une part pour protéger une production locale, et d’autre part pour opérer une transformation écologique du monde agricole.

Ce parti souhaite que l’État intervienne pour maintenir une agriculture locale dans les régions les plus urbanisées et limiter l’étalement urbain sur ces zones, comme dans d’autres pays du monde indique Docteur Médard Dieya Dieya.

Le parti SOLEIL pense qu’il faut parvenir à un équilibre budgétaire, mais par le biais d’un investissement « juste sur tous les plans » et en réduisant les dépenses dans les domaines qui nuisent à l’environnement et les avantages accordés aux plus riches ou aux entreprises ne créant pas d’emplois.

Il faut la création d’un nouvel indice de développement prenant en compte plus largement les considérations sociales, et surtout en y ajoutant des mesures de qualité d’environnement et de protection de la biodiversité fait remarquer l’initiateur de cette formation politique.

Ainsi, le parti SOLEIL défend une transformation écologique qui permette de baisser nos émissions de CO2 de 40 % sur le moyen terme. Pour cela, ils proposent de repenser l’habitat (création d’éco-logements), la ville (développement concret et massif des transports collectifs, des vélos-motos-routes), l’agriculture (objectif 30 % bio – 70 % « agriculture durable », moratoire sur les OGM en plein champ), mais aussi et surtout l’énergie (abandon du nucléaire, création d’un bouquet énergétique 100 % renouvelable (éolien terrestre/off-shore/sous-marin, solaire, biomasse, géothermie, hydraulique) adapté à chaque région en fonction de son environnement).

Par ailleurs, le parti SOLEIL défend une meilleure prise en charge de l’animal dans la société, une plus grande protection de son intégrité physique ainsi que le respect de ses besoins naturels.

Ce parti est une formation politique fédéraliste, membre des Partis verts au niveau mondial.
C’est dans ce contexte qu’il veut répondre à la crise agricole en baissant le nombre de cultures vouées à l’alimentation des élevages (1/3 des terres agricoles mondiales — mais dont la quasi-totalité revient à l’Occident) et en développant la permaculture et le soutien aux exploitations familiales.

Voué à la culture de la protection de l’environnement et la lutte contre la pollution sous toutes ses formes, Docteur Médard Dieya Dieya se préoccupe par le sort de la faune, de la flore et de la qualité de vie dans les villes et villages du pays.

Il s’ensuit que le président national du parti SOLEIL veut mettre à la disposition de la population et des institutions de la République son expérience acquise mais aussi son expertise dans ce secteur porteur d’espoir surtout que personne ne peut prétendre être épargné par la pollution de l’environnement et la destruction des écosystèmes.

S’agissant de l’emblème du parti : ces icônes du logo symbolisent la richesse de la flore et de la faune du Congo. Au delà d’un soleil ardent et une étoile qui brille l’environnement vert, les rameaux représentent cette vocation pacifiste de tous les partis écologistes et que le parti SOLEIL entend promouvoir en RDC en favorisant une cohabitation pacifique avec tous les neuf voisins de la RDC.

Ce parti entend cependant, coopérer avec les pouvoirs dans le domaine de l’environnement. “ Notre combat dira l’initiateur, consiste à amener les dirigeants à prendre en main la question de l’environnement ”.

Le parti SOLEIL compte aussi sur la collaboration avec tous les partis écologistes du monde ainsi que les ONG nationales et internationales spécialisées en la matière. L’environnement est un projet fédérateur, a laissé entendre son président national en alléguant que le parti SOLEIL sera parmi les grands partis politiques du pays.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires