*RDC : plainte contre Néné Ilunga Nkulu : “un coup d’épée dans l’eau”

141

Un article mal rédigé, conçu dans l’unique intention de nuire à la personne de la ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, Docteur Néné Ilunga Nkulu circule depuis quelques heures sur les réseaux sociaux. Les auteurs de ces accusations croient affaiblir la détermination de la ministre d’Etat Néné Ilunga Nkulu, en revenant sur un vieux dossier clos et bouclé, dossier qui avait déjà fait l’objet de démarches auprès des autorités judiciaires par l’Honorable Célestin Mbuyu Kabangu, alors gouverneur du Haut Lomami.

En panne d’imagination, les auteurs de cet article, recrutés par les détracteurs de la ministre d’Etat Néné Ilunga Nkulu, pensent avoir trouvé une occasion pour salir la réputation de celle qui se bat jour et nuit et sans relâche pour améliorer les conditions de tous les travailleurs à travers la République.

Qui se cache derrière ces publications ?

Comme nombreux l’ont compris, depuis que Néné Nkulu et le regroupement politique AFDC-A ont échappé aux appétits gloutons et ambitions démesurées du Sénateur Modeste Bahati Lukwebo, les attaques ciblées sont dirigées contre celle qui a sauvé le regroupement de la trahison de celui qui a considéré l’AFDC-A comme un fait privé. Désavoué, déplumé par les pères fondateurs du regroupement AFDC-A, Modeste Bahati Lukwebo ressemble à ce jour à un serpent dont la tête est coupée et que le reste n’est qu’une corde.

Des faits

Pour la petite histoire, Néné Ilunga Nkulu est nommée sur le ticket Mbuyu, vice-gouverneur en 2016, alors que cette affaire a été budgétisée en 2014 pour la loi des finances 2015. Comment peut-elle déjà en 2015 détourner un montant avant même la prise de ses fonctions ? Ce média de circonstance qui publie à l’improviste, n’a pas pris soin de fouiner pour comprendre que c’est l’ONG AMECO qui aurait, selon les informations regroupées, perçu cet argent pour des travaux de construction de routes en 2015 dans la province de Lomami. Il faut noter que le centre de réflexion juridique de la lutte contre l’impunité est une structure sans personnalité juridique ni aucune activité de grande envergure dans son actif.

Par sa lettre référencée PCC/MMT/231/Novembre 2019, avec copie pour information à toutes les autorités du pays, la Cour des comptes, s’adressant à la Présidente de l’Assemblée nationale, donne des éclaircissements sur l’utilisation desdits fonds, ce que ce média en ligne ne dit pas. C’est la destination d’un montant de 2 575 811 700 francs congolais destinés à l’ONG AMECO ASBL pour la réalisation du projet mécanisation des axes Nguba-Kamina. Dans cette même correspondance, le signataire, Ernest Izemengia Nsasa confirme que « la Cour des comptes poursuit encore ses investigations afin de localiser cette société et réunir tous les éléments nécessaires en vue de déterminer les responsabilités des différentes parties prenantes ».

Un titre pour rien : une fourberie de personnes branquignoles. L’opinion s’en moque. Deux milliards de francs détournés. Seule la Cour des comptes de la RDC peut aujourd’hui avec certitude prouver la destination de ce montant soit-il destiné à la construction de l’Assemblée provinciale du Haut Lomami. Interrogée à ce sujet par nos fin limiers, le gouverneur du Haut Lomami se demande où serait passé une telle somme, sans que l’audit de sa province se saisisse du dossier. Voilà encore un canular de détracteurs de la ministre d’Etat, Néné Ilunga Nkulu.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires