*RDC : MARCHE PACIFIQUE [LA RUE], UN MOYEN LÉGITIME POUR RÉTABLIR ET REDRESSER LA DÉMOCRATIE. Analyse de Merphy PONGO*.

En RDC ,les surprises ne surprennent plus et les inquiétudes n’inquiètent plus. C’est probablement l’un des rares pays d’Afrique où l’incertitude politique et l’incertitude constitutionnelle font bon ménage. Cette union coupable est la résultante du sommeil de la raison ou la déraison qui engendre des monstres politiques et juridiques.

En effet, face à un groupe d’individus qui décident d’exercer le pouvoir en se soustrayant ou en se dispensant du respect de la raison collective négociée et des normes consensuelles, objet de compromis politique les citoyens doivent faire recours à la liberté de manifestation pour protester contre cet état de chose.
Marcel Tercinet définit la liberté de manifestation comme *”l’un des moyens privilégiés par les citoyens pour affirmer leurs croyances, pour défendre leurs intérêts ,voire pour renverser un régime politique (…) son développement en matière politique ou sociale traduirait le besoin ressenti par les citoyens de revenir à la démocratie directe”*
Pour sa par Bernard STIRN considère la manifestation comme une réunion qui présente la double particularité d’être organisé sur la voie publique et d’avoir pour projet d’exprimer un sentiment collectif.
J-M Pontier de renchérir que *”les manifestations sont des rassemblements sur la voue publique souvent prémédités et parfois spontanés en vue de commémorer un événement ou d’exprimer un sentiment collectif ,fréquemment de protester”*.
La liberté de manifestation chère aux textes protégeant les droits de l’homme entretient des liens étroits avec la liberté d’expression et font la force d’un régime démocratique.
*A cet effet, la cour de Strasbourg ne manquait pas de mettre l’accent sur les rapports étroits entre la liberté d’expression et la liberté de manifestation malgré le caractère autonome de cette dernière.* *la liberté de manifestation pourrait se traduire dans ce cadre comme l’exercice collectif de la liberté d’expression et d’opinions politiques*

En RDC conformément à l’article 26 de la constitution une simple information à l’autorité de police administrative suffise pour que les citoyens congolais exercent collectivement leur liberté d’expression et d’opinions politiques.
*Tous dans la rue ce 25 Février 2018 pour exiger :*
-L’engagement officiel du Président Joseph KABILA qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession
-L’ouverture de l’espace politique,
-la fin de dédoublement des partis politiques,
-La libération des prisonniers politique conformément à l’accord
-la Promulgation de la loi portant organisation et fonctionnement du CNSA
-La réouverture des Médias fermés etc…

Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse