RDC : l’uvéite est la forme la plus fréquente d’inflammation de l’œil et la troisième cause des cécités.

Les experts, professeurs, médecins et chercheurs du secteur se sont retrouvés à Kinshasa pour échanger sur cette question sur invitation du Ministère de la santé publique et BDOM de l’archidiocèse de Kinshasa, sous le sujet : Cours international sur les uveites. Une activité initiée par l’hôpital saint Joseph et collaboration avec les ophtalmologues venus également de l’ITALIE et l’Allemagne, précisément le professeur
Zierhut.

En effet, le médecin directeur de l’hôpital saint Joseph François Pantaléon Kajingulu a dans sa communication lors de l’ouverture révélé que l ’uvéite est une maladie de l’œil, provoquée par une inflammation des structures internes de l’œil. Elle peut survenir une seule fois, récidiver ou évoluer de façon chronique, Elle peut se compliquer d’une cécité en l’absence de diagnostic précoce, de prise en charge rapide et de suivi régulier. Au fur et à mesure que ces inflammations se répètent, le risque de complications, tels que le glaucome, la cataracte, l’atteinte du nerf optique ou de la rétine, augmente en effet rapidement.

Par ailleurs, a-t-il fait savoir dans son adresse, que l’enjeu d’une prise en charge efficace est de stopper l’inflammation, d’éviter sa chronicité, et, s’il y a des lésions, de les traiter au moment où elles sont encore réversibles

Une uvéite correspond à l’inflammation de l’uvée qui est la membrane intermédiaire (entre la rétine et la sclérotique), vasculaire et nourricière de l’œil a ajouté le médecin directeur qui indique que chaque 2 ans, les ophtalmologues de la République, et du continent ainsi que quelques partenaires se retrouveront pour discuter sur les questions pertinentes. Pour Abbé Pantaléon, l’uveite touche l’iris, le corps ciliaire et la choroïde, ensemble ou séparément Selon la localisation principale de l’inflammation, l’uvéite est soit antérieure, soit intermédiaire ou postérieure. Elle peut aussi être totale (panuvéite) quand elle touche ces trois segments.

Par conséquent, l’uvéite intermédiaire (qui touche le corps vitré et/ou la partie postérieure du corps ciliaire), généralement indolore, provoque une baisse de l’acuité visuelle, une sensation de brouillard visuel et la perception de petites tâches noires irrégulières et fluctuantes.

L’uvéite postérieure ou choroïdite se conjugue souvent avec une inflammation de la rétine adjacente. Elle se manifeste par une diminution de la vision et la sensation de corps flottants.

Les intervenants lors du débat, ont souligné que toutes ces uvéites peuvent se limiter à une seule et unique poussée ou, au contraire, être à l’origine de récidives fréquentes pendant des mois, voire des années. Elles peuvent concerner un seul œil ou les deux yeux et être bénignes ou potentiellement cécitantes.’

Pour clôturer les travaux de Kinshasa, le comité organisateur a remis aux participants les brevets, à fin de sanctionné cette manifestations.

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse