*RDC : Les ONGs des Droits de l’Homme demandent l’intervention du ministre de l’intérieur pour la libération des activistes des mouvements citoyens arrêtés*

350

Le Ministre de l’Intérieur était avec sa collègue des Droits de l’Homme Marie-Ange Mushobekwa qui préside la Commission d’enquête mixte 31 décembre et 21 janvier.

Au cours de cette rencontre tenue au Ministère de l’intérieur, les défenseurs des droits humains et les 2 membres du Gouvernement ont évalué la mise en œuvre des recommandations de la Commission d’enquête mixte 31 /21 établie pour faire la lumière sur les violences en rapport avec les marches du 31 décembre et 21 janvier derniers.

“Nous avons évoqués avec le vice-premier, ministre Henri Mova, les questions qui concernent essentiellement le ministère de l’Intérieur, à savoir : la levée de l’interdiction des manifestations publiques et la libération de certains membres des ONG et militants des mouvements citoyens détenus depuis plus de 3 mois”, a dit Marie Ange Mushebekwa à la presse.

Ensuite Georges Kapambia, rapporteur de la commission a expliqué :
« Nous avons également reparlé avec son Excellence sur la recommandation relative à la redéfinition du protocole devant permettre la protection des personnes lors des manifestions publiques, la formation des agents de l’ordre, principalement de la police en matière des droits de l’homme et le respect de la loi en ce qui concerne une réquisition préalable s’agissant de l’intervention des éléments des FARDC lors des opérations de maintien ou de rétablissement de l’ordre public ».

Henri Mova a pour sa part, exprimé sa satisfaction de constater que pour la première fois les acteurs de la société civile travaillent dans un cadre bien structuré avec le gouvernement afin de trouver des solutions aux problèmes de protection des droits de l’homme. Il a, en outre promis à ses hôtes de se pencher sur les questions lui adressées dans un délai raisonnable.

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse