RDC: Lambert Mende vend la mauvaise image de J.Kabila dans un grand scandale “conversation téléphonique très dangereuse”. les élus écartés exigent réparation.

219

C’est une révélation troublante: Dans sa conversion le président national du Parti CCU montre sa position face à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Dans cette conversation, Lambert Mende auteur intellectuel est précis : 31 députés nationaux du FCC, dont celui de CCU, CNC, AAA avaient introduit une prise à partie à la Cour de cassation contre 5 juges de la Cour Constitutionnelle pro-Kabila, alors ce natif de Lodja Lambert Mende Omalanga menace et rejette la démarche qui va, selon lui, dans le sens d’offrir à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombole contrôle effectif de la haute Cour du pays.

Depuis un certain temps, un groupe des députés nationaux du FCC dont Charly Wenga, Louis D’or Balekelayi wa Nyengele avait introduit une prise à partie à la Cour de Cassation pour faire tomber 5 juges de la Cour de Constitutionnelle pro-Kabila.

Parmi eux figure un député de la CCU, parti politique appartenant à l’ex ministre de la Communication et Médias, Lambert Mende Omalanga.

Selon la même source, ce dernier fustige la démarche de l’un de ses députés qui a aussi signé la prise à partie sans consulter sa hiérarchie.

Très frustré après avoir été blâmé par l’autorité morale du FCC, Lambert Mende a exprimé, à travers une conversation téléphonique diffusée ce week-end sur les réseaux sociaux, une grande colère contre celui qui a fait signer ce document au nom de son parti. Car, pour lui, «faire tomber les 5 juges pro-Kabila pourrait faire en sorte que le CACH arrive à contrôler complètement cette cour acquise jusqu’ici à Kabila».

« Oui Camarade, c’est quoi cette histoire de prendre à partie les juges de la Cour Constitutionnelle au nom notre parti sans même m’informer?, s’est indigné Lambert Mende dans ladite conversation téléphonique.

J’ai été convoqué hier par notre autorité morale pour m’en expliquer, poursuit-il. On me dit qu’au nom de Mbaki Masanga, CCU et Alliés prend à partie tous les 5 juges pro-Kabila de la Cour Constitutionnelle à travers une procédure à la Cour de cassation. Et, les gens du CACH veulent profiter de ça pour modifier complètement la composition de la Cour Constitutionnelle. Maintenant, c’est moi l’instrument de ça, personne ne parle de vous. On dit que Mende a changé le Camp et roule maintenant pour Tshisekedi. Tu te rends compte de ce qui me fait peur?, s’est interrogé le leader du CCU.

Et de poursuivre: on préparait une prise à partie pour confisquer la Cour Constitutionnelle en faveur de CACH et de nous l’arracher à nous le FCC. C’est quoi cette histoire ! Il faut savoir gérer le temps. «Quand une AFFAIRE n’a pu se faire, on assume ça». Nous cherchons comment caser tout ça. Mais vouloir casser la baraque, parce qu’on a un peu de fièvre, il faut casser le thermomètre, ce n’est pas sérieux», fin de citation.

TRÈS GRAVE : il faut réparation.

Voilà l,illustration parfaite de la gouvernance maffieuse du FCC et de la caporalisation de toutes les institutions de la RÉPUBLIQUE, dans l’unique but de pérenniser leur pouvoir.

Il fallait à tout prix, écarter tout Congolais patriote, qui s’opposait à leur politique de prédation.

Pourquoi, ils ont instrumentalisé les juges de la Haute Cour Constitutionnelle, pour écarter les vrais Élus du PEUPLE CONGOLAIS, en faveur de leurs collabos, copains et copines.

Nous réaffirmons ici que le collectif de 31 Députés Nationaux, proclamés élus et dûment notifiés par la Cour Constitutionnelle, avait déposé une requête de prise à partie contre ces juges de la Cour Constitutionnelle, à la Cour de Cassation, pour défendre leus droits et la constitution de la RÉPUBLIQUE, intentionnellement violée par l’arrêt No. 1168/DN du 17 juillet 2019, rendu par les juges de la chambre spéciale(dont Mr.Mende fait allusion dans son audio).

Pour mémoire, ces élus écartés avaient saisis officiellement le PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, garant du bon fonctionnement des institutions de la RÉPUBLIQUE et du RESPECT de la CONSTITUTION, par pétition collective contre ce mafieux, en date du 24 juillet 2019 sur pied de l’article 27 de la Constitution.

Dans cette pétition, les élus victimes avaient démontrés que :
1. la Constitution de la RÉPUBLIQUE, a été violée par ces juges, en son article 168, qui stipule que: “les arrêts de la Cour Constitutionnelle, sont exécutoires immédiatement et ne sont susceptibles d’aucun recours ” ils s’imposent à toutes les autorités administratives et juridictionnelles.

Donc,même aux juges qui les ont rendus;

2. Les arrêts de superposition rendus par la chambre spéciale sont réputés non écrits pour la simple raison qu’aucune violation de la constitution (art.168) ne peut rien engendrer qui soit juridiquement valide

3. La chambre spéciale a déclaré la requête du regroupement RIA au profite de Mr.Bongongo Ikoli, irrecevable, au motif que ce regroupement politique RIA, n’a pas atteint le seuil de représentativité nationale, alors que la requête du même regroupement RIA, au profite de Mr.Matadi Nenga était déclarée recevable et fondée et ce dernier proclamé élu Député National(dol)

4..Le cas de la requête 1063/DN,circonscription de tshangu, déclarée irrecevable, mais dont le nom du requérant s’eest retrouvé sur la liste définitive au détriment de la personne proclamée élue par la Cour Constitutionnelle au moyen de l’arrêt RCE 979/DN du 14 juin 2019 (preuve irréfutable du dol);
.
5. Enfin, l’article 149 alinéa 5 de la Constitution interdit la création de toute juridiction d’exception sous quelque dénomination que ce soit (chambre spéciale…)

Aujourd’hui, grâce à la restauration de l’état de droit par le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, les caciques du FCC sont rattrapés par leur propre turpitude à travers cet audio.

Les VICTIMES de cette manipulation politicienne et violation intentionnelle de la Constitution de la RÉPUBLIQUE exigent RÉPARATIONS et que justice soit rendue par la Cour de Cassation. Seule la JUSTICE ÉLÈVE UNE NATION.

LGC RÉDACTION
Thierry Kasongo
+243990210011

Partager

Pas de commentaires