RDC-Justice : 10 ans de prison requis contre Willy Bakonga

71

Le ministère public requiert 10 ans de prison et une amende équivalant à 3 fois la somme de 33. 500 dollars américains (trouvés sur les prévenus) à l’encontre de l’ancien Ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga et son fils Joël Bakonga jugés en flagrance au Parquet général près la Cour de cassation pour “transfert illicite de fonds”.

Des fonds que le principal inculpé ne reconnaît pas.

“On n’a pas trouvé l’argent dans ma valise. Je ne sais pas à quel moment moi, Willy Bakonga, j’ai transféré de l’argent sale. Je suis allé à Brazzaville parce que j’ai des problèmes de santé, c’est un problème de poison”, explique Willy Bakonga, qui confie avoir “déjà perdu 20 kilos”.

Après avoir vainement tenté de disculper son fils Joël, interpellé en même temps que lui à Brazzaville et également jugé pour “violation de la réglementation sur le transport d’argent à l’étranger”, l’ancien ministre insiste que le fait que “la responsabilité est individuelle”.

Même revers pour ses avocats qui ont évoqué “la violation du droit de la défense” et sollicité, dans la foulée, la relaxe.

La Cour a estimé que ce préalable est une “distraction de la procédure”.

Après le procès en flagrance, Willy Bakonga devrait, en principe, être jugé pour détournement des fonds alloués à la gratuité de l’enseignement de base en RDC.

L’actuel procès en flagrance est toujours en cours au Parquet général près la Cour de Cassation.

Éric Lukoki

Partager

Pas de commentaires