RDC-Histoire : le 16 février 1992, une marche pacifique des chrétiens est réprimée dans le sang à Kinshasa.

82

En avril 1990. le président Mobutu avait annoncé, non sans émotion, Ia fin du monopartisme et une année après (en mai 1991) s’ouvraient à Kinshasa les premiers travaux de Ia Conférence Nationale Souveraine (CNS). 2650 personnes venant de toutes les couches de la population zaïroise avaient pris part à cette rencontre par laquelle les zaïrois espéraient trouver les solutions qui amèneraient le Zaïre à sortir de son “marasme” politique et social. Mais 3 mois à peine après son lancement, la CNS est suspendue par Mobutu qui décidera de négocier directement avec une frange de l’opposition réunie sous le regroupement de “l’Union Sacrée”. De ces négociations aboutira Ia nomination de Nguza KarI-l-Bond comme Premier ministre qui décida de la reprise des travaux de la CNS en décembre 1991. Mais aussitôt rouverte, la CNS est à nouveau suspendue par le gouvernement évoqua comme raison son coût exorbitant.

C’est alors que les zaïrois, qui avaient placé tout leur espoir dans la CNS, se décidèrent de manifester pour demander la reprise des travaux. Des manifestations tantôt pacifiques, parfois violentes furent organisées ci et là par la société civile. Ces manifestations prirent une autre ampleur lorsque Pierre Lumbi et feu François Kandolo signèrent la “Lettre d’Appel au Peuple de Dieu et aux Hommes de Bonne Volonté” appelant les mouvements laïcs de l’église catholique à descendre dans la rue le 16 février 1992, appel qui fut suivi par des dizaines de milliers de personnes. Pris de panique, Mobutu décida de faire intervenir l’armée qui ouvrit le feu sur les manifestants tuant des centaines de gens. Cette répression dans le sang. connue désormais comme “Marche des Chrétiens”, souleva une indignation et un tollé général de protestations à travers le monde et Mobutu, sous pression et acculé de toutes parts, céda et la Conférence Nationale Souveraine reprit ses travaux en avril 1992.
Www.babunga.balobi.cd

Robert KALEMBA

Partager

Pas de commentaires