RDC-Haut Katanga:Atelier de formation et sensibilisation des professionnels des médias sur la gestion des informations électorales en province

267

En partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement PNUD, la Commission Electorale Indépendante CENI a organisé à Lubumbashi chef-lieu de la province du Haut-Katanga un atelier de formation à l’attention des professionnels des médias venus des différents coins de la province dans la salle du musée national de Lubumbashi pendant deux jours soit du mardi 15 au mercredi 16 aout 2017 sous le thème « Médias, genre et élections en République Démocratique du Congo »
Une activité qui a été lancée officiellement par Madame VIVIANE KAPUFI Ministre Provinciale en charge du genre et développement rural en présence du chef de bureau de la Monusco Haut Katanga, du représentant de la CIME dans cette province, de l’Union Nationale de la Presse du Congo, du Commissaire Provincial de la PNC, du directeur de l’Administration de l’Assemblée Provinciale ainsi que du Secrétaire Exécutif Provincial de la CENI. Lors de son allocution Viviane KAPUFI, ministre du genre a mis l’accès sur la responsabilité du journaliste à bien communiquer sur les questions électorales car une bonne communication du professionnel de médias, permet de garder la paix sociale dans un pays post conflit comme le nôtre.
Juste après cette ouverture solennelle, pas de repos pour ces quarantaines des journalistes venus de partout, c’est le début effectif des travaux. Le premier exposé est axé sur les élections en RDC, cadre légal, institutionnel, les défis et perspectives, par Madame Mymy Fabienne MUKULU MOYA SEP de la CENI Haut-Katanga. Elle a présenté aux professionnels des médias les 3 cycles électoraux de la RDC (préélectoral, électoral et post électoral), ce cycle commence par l’opération de l’enrôlement et l’identification des électeurs jusqu’aux élections et même les opérations post électoral.
Parlant des cadres légal et institutionnel, Mymy MUKULUMOYA a présenté la loi électorale et la constitution comme les instruments juridiques des élections en RDC.
La secrétaire exécutif provinciale a aussi signifié à l’assistance que la CENI s’appuie sur les institutions de la République notamment le gouvernement central et le parlement pour parvenir à une bonne organisation électorale tout en précisant que le consensus politique demeure un moyen de facilitation des opérations à travers la République.
Sous la modération principale de Paul Félicien NANGANA expert en communication de la CENI, Désiré BAERE Directeur du Centre d’Informations Electorales a donné à l’attention des séminaristes les grandes lignes que poursuit cette formation notamment accroitre la conscience des journalistes sur leurs rôle et responsabilité en matière de gestion de l’information électorale dans un contexte de crise , d’inégalités entre homme et femmes dans l’accès aux médias et dans le traitement de l’information. Pour sa part la Monusco par le truchement de Monsieur Elom Komi AKPALOU Expert des questions politiques a donné la matière sur l’apport de la communauté internationale dans l’organisation des élections en RDC depuis 2006. C’est Togolais de la MONUSCO a quant à lui parlé de l’apport considérables de la MONUSCO surtout sur le plan technique et logistique qu’elle ne cesse d’apporter à la CENI tout en reconnaissant que les élections sont des matières de souveraineté. Pour lui les élections de 2006 étaient de loin mieux organisées que cette de 2011 et rassure la CENI pour la collaboration de sa structure en vie d’une bonne organisation des élections au pays.
Les professionnels de la plume et du micro de la province du Haut Katanga ont également eu droit a un exposé sur la participation politique de la femme et l’accompagnement des médias. Ce dernier sous la voix de Jeff MBIYA, Consultant ONU-FEMMES a pour sa part peint un tableau sombre de la situation de la femme en RDC. Pour lui Malgré les lois votées, les stratégies et les mécanismes de mise en œuvre ainsi que les engagements pris par la RDC, tant au niveau régional, sous régional et international, la situation de la femme n’a pas beaucoup progressée et reste préoccupante.
Il ressort que la participation politique des femmes en RDC est faible, tant en termes d’élection c’est-à-dire électrice, observatrices, témoins et candidates qu’en terme de nominations. Cette faible participation est commune dans toutes les provinces et reste liée aux normes, aux croyances socioculturelles, au faible taux d’instruction et de ressources financières.
Malgré la mise en place des mécanismes de suivi des engagements du Gouvernement congolais au niveau sous régional, régional et international, les moyens financiers n’ont pas accompagné et c’est à ce stade que certains partenaires techniques et financiers comme ONU FEMME interviennent et appuient le Gouvernement congolais et des ONG locales dans la mise en œuvre et monitoring de la mise en œuvre de ces engagements. Pour lui face à toutes ces faiblesses observées et en tant qu’agent du développement, éducateur et faiseur d’opinion, les professionnels de medias doivent s’approprier tous ces mécanismes et connaitre les engagements pris par le gouvernement congolais au niveau régional et international pour :
Accroitre la visibilité de la femme en organisant des formations thématiques permanentes.
Avoir une bonne connaissance de la société pour mieux défendre les valeurs positives
Faire preuve de compétence et de compétitivité
Inciter les femmes à adhérer massivement dans les partis politiques, à en créer et occuper des postes stratégiques de prise de décisions,
Soigner l’image des femmes politiques afin de susciter l’engagement féminin dans la politique active
Susciter les ambitions des femmes politiques à se présenter massivement comme candidates aux élections à tous les niveaux
Mettre l’accent sur l’information, la formation de la femme et de la jeune fille en vue de les préparer au leadership,
Sensibiliser les femmes à voter pour les femmes.
Sensibiliser la communauté dans la lutte contre les us et coutumes qui rétrogradent et les lois discriminatoires qui freinent l’épanouissement de la femme,
Encourager les femmes à la solidarité et à la collaboration,
Motiver la femme à avoir confiance en soi en bannissant la peur et le complexe
Inciter les femmes à s’informer et à se cultiver par rapport à l’actualité et aux instruments juridiques
Vulgariser largement tous les instruments juridiques nationaux, régionaux, internationaux relatifs aux droits de la femme ratifiés par le Pays.
Et de tenir compte de l’aspect genre dans le traitement, collecte et diffusion des informations.

C’est dans la soirée de ce Mercredi 16 aout 2017, toujours dans la salle de conférence du Musée de la province, qu’est intervenue la clôture de cet atelier de deux jours par la ministre provinciale du genre Viviane KAPUFI qui a une fois de plus remercié la CENI et le PNUD pour cette mise en niveau des journalistes sur la matière électorale. Il sied de noter que bien avant cette clôture officielle, les séminaristes ont eu a signé la charte de bonne conduite des journalistes présenté par le président de l’Union Nationale de la Presse du Congo TSHILUNDE ainsi qu’à l’obtention d’un brevet de participation. Il faut noter que tous les exposés ont été suivis d’un débat houleux et sans ambages.

Recommandation :
Quelques recommandations ont été retenues notamment :
rendre disponible et en temps réel les informations électorales pour les professionnels des médias ;
consolider le partenariat CENI-Médias
création d’un groupe de la presse électorale de la Province.
Se référer toujours à la CENI pour toute question électorale

Félicien Nangana

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse