RDC-Gratuité de l’enseignement : les signaux restent rouge dans les écoles catholiques. “Les enseignants travaillent au minimum”. SYNECAT

Voici le COMMUNIQUE FINAL DE L’ASSEMBLEE GENERAL DU SYNECAT TENUE A Kinshasa, communiqué rendu public par le Comité National du synecat,

André Malasi Muba MULOMBA TSHIMANGA et plus de 100 enseignants,

Réuni au Collège Saint Joseph, Elikya situé à Gombe, le Syndicat National des Enseignants des Ecoles Conventionnées Catholiques, Synecat en sigle a évalué la première semaine de la rentrée scolaire, et fait les constats suivants sur toute l’étendue de la République :

1. La rentrée scolaire 2019-2020 s’est faite sur fond de la gratuité conformément à la lettre circulaire N°MINEPSP/CABMIN/0523/2019 du 20 août 2019 relative à la suppression des frais de scolarité dans les établissements publics d’enseignement de l’éducation de base, ainsi que des frais de motivation ;
2. Cette gratuité tire son origine dans la constitution et reprise dans le discours d’investiture du Président de la République, Chef de l’Etat Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dès sa prise de fonction le 24 janvier 2019.

3. Nonobstant cette volonté politique manifestée par le Président de la République de rendre cette gratuité effective, la préparation et l’accompagnement de la mise en œuvre de la politique de la gratuité n’ont pas été suffisants. D’une part, notamment, le dû salarial du personnel des établissements publics primaires et secondaires a été projeté à partir du mois d’octobre 2019; et d’autre part le non-versement, au moment opportun, des frais de fonctionnement des bureaux gestionnaires. Cette faiblesse qui incombe au Gouvernement de la République leur a causé un réel préjudice ;
4. Le Synecat considère le Gouvernement comme seul responsable de ce préjudice ayant entraîné le disfonctionnement observé à cette rentrée scolaire, dans certaines écoles de notre pays.

En effet, l’Intersyndicale nationale des syndicats de l’epsp lui avait déjà saisi le 13 juillet 2019 en vue d’incorporer une enveloppe additionnelle dans le collectif budgétaire du mois de septembre 2019, pour faire face aux réalités de la gratuité, les accusées de réception faisant foi. Cette demande est restée lettre morte.

Eu égard à ce qui vient d’être dit, le Synecat recommande :
1 au Gouvernement de la République
– La prise en compte de l’article 30 et 200 de la Loi-cadre n° 14/004 du 11 février en vue de valoriser la fonction enseignante, de respecter le Statut du personnel de l’enseignement national, de le rémunérer honorablement à des conditions sociales et professionnelles décentes et à une considération motivante ;
– De fixer au Conseil des Ministres le statut barémique du personnel des établissements publics d’enseignement ainsi que les avantages sociaux auxquels il a droit. Ce statut barémique sera liquidé par les soins du Ministère ayant l’epsp dans ses attributions, conformément aux crédits budgétaires lui alloués dès la fin du mois de septembre 2019. Article 17 de l’ordonnance n° 91-232 du 15 août 1991.

Dépasser ce délais, le Gouvernement de la République sera tenu seul responsable des perturbations qui en découleraient

2. A l’Assemblée Nationale
– De prendre en compte les réalités de la politique de la gratuité lors du vote du budget 2020 de l’epsp ;

3. Aux Gouverneurs des provinces
– De prévoir une enveloppe salariale destinée à la paie des Nouvelles Unités en attendant la régularisation de leur situation salariale par le Gouvernement de la Républiques.

4. Aux Enseignants
– De donner plus de force à leur revendication en participant nombreux aux manifestations pacifiques ad hoc

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires