RDC-Crise récurrente dans le secteur du commerce : La commission ad hoc mise sur pied par Néné Nkulu déjà à l’œuvre.

Madame la ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, Néné Nkulu a signé deux arrêtés le 31 octobre 2019.

Le premier portant création, organisation et fonctionnement de la commission chargée de l’évaluation du fonctionnement des services privés de placement œuvrant dans le secteur de commerce. Le deuxième portant nomination des membres de cette commission ad hoc ; “Il est créé au sein du Ministère de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale une commission chargée de faire l’évaluation du fonctionnement des services privés de placement œuvrant dans le secteur de commerce”, peut-on lire dans l’arrêté.

Cette commission placée sous son autorité comprend trois organes, à savoir – une coordination, – une plénière et – un secrétariat technique. La coordination est composée d’un président et de trois vice-presidents. Elle a pour mission l’orientation et l’organisation des activités de la commission en vue de la bonne exécution des missions lui confiées. La plénière, composée de 20 personnes, a pour mission l’évaluation et l’adoption des rapports de la coordination et la formulation des recommandations. Quant au Secrétariat technique, il comprend 11 membres qui ont pour tâche la préparation des documents de travail, la rédaction des procès-verbaux des réunions et le rapport final des travaux de la commission.

Durant 30 jours, la commission va notamment procéder à – l’identification de tous les services privés de placement œuvrant dans le secteur de commerce ; vérifier à travers des missions de contrôle à déployer sur le terrain, l’application par les services privés de placement des dispositions légales et réglementaires en matière du travail ; relever dans l’arrêter ministériel N°047 du 08 octobre 2015 fixant les conditions d’ouverture, d’agrément et de fonctionnement des services privés de placement les points qui posent problème et faire des propositions pour une voie de sortie ; évaluer le protocole d’accord tripartite signé en mars 2019 entre le gouvernement de la République démocratique du Congo, le banc employeur et l’intersyndicale du secteur de commerce ; évaluer l’Etat d’avancement de l’application du Smig.

Comme objectif visé, la commission ad hoc s’emploie à mettre fin à la crise récurrente qui secoue le secteur du commerce sur les questions des emplois décents issus de la sous-traitance et le rôle assigné aux services privés de placement.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires