RDC : “15 septembre-rentrée parlementaire”, la représentativité des entités territoriales au sein du gouvernement exigée par l’élu du territoire de Luilu, Denis Tshibang

71

Le député National G7 Dénis Tshibang exige la représentativité de toutes les provinces de la République Démocratique du Congo dans la formation du futur gouvernement de la République.

Dans une interview accordée ce dimanche aux journalistes Politico-parlementaires cet élu du peuple de la circonscription de Luilu précisément dans la chefferie des in Kanintshins revient sur les prescrits de la constitution qui, en son article 90, souligne que «la composition du gouvernement tient compte de la représentativité nationale ». Et pourtant, plus de 18 ans déjà ce territoire est privé d’une représentativité au sein des différents gouvernements et même pour ce qui concerne les mandataires publics. Il demande au président de la République de tenir compte de la géopolitique pour éviter des remous.

« Le député National Denis Tshibang recommande par conséquent, aux parties prenantes de tenir compte de la représentativité de chaque province et surtout des entités territoiriales au sein de la prochaine équipe gouvernementale »,

L’équipe gouvernementale est composée de plus de 65 membres. Malheureusement, on ne retrouve aucun fils ni aucune fille du territoire de Luilu et même de la ville de Mwene Ditu. Chez les mandataires nommés récemment, on ne retrouve aucun ressortissant de cet espace géopolitique de la République Démocratique du Congo.

Pour le prochain gouvernement, le député national proche de Moïse KATUMBI plaide pour la « non marginalisation » d’autres provinces et territoires à l’instar de leur, comme il en a, d’après lui, été le cas dans le passé lors de la désignation des animateurs d’autres institutions du pays.

« Denis Tshibang constate avec regret que (leur) territoire a été victime d’une marginalisation injustifiée au sein des institutions de notre pays jusqu’à ce jour.

Aucune fille ou aucun fils de son terroir n’a été désigné ministre ni mandataire public depuis plusieurs années. C’est curieux n’est-ce pas !

L’homme fort du territoire constate avec amertume que la situation perdure malgré l’alternance pacifique et civilisée qui a donné espoir aux ressortissants de cet espace jadis considéré comme le bastion de l’opposition radicale. Ce territoire était parmi les sites de l’opposition face à la dictature développée par l’ancien président de la République Joseph Kabila a-t-il précisé.

Cette fois-ci, avec l’avènement de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo les choses devront changé malheureusement, c’est le contraire. Le territoire de Luilu et la ville de Mwene Ditu sont toujours marginalisés, oubliés et sabotés. Lors de la nomination des membres du gouvernement, le territoire de Luilu et la ville de Mwene Ditu situés dans la province de Lomami n’ont pas été mise en contribution, ni moins mise en compte. Même cas, pour les mandataires. Ce qui est grave dit-il, pas même un membre du territoire dans les conseils d’administrations des entreprises publiques.

Entre-temps, le député national Denis Tshibang veut voir également le nouveau pouvoir organiser les audits des entreprises publiques. Il faut que les mauvais gestionnaires soient arrêter et traduit en justice puis placer en prison. Il se demande comment le président de la République a accepté de nommer dans le gouvernement et dans les entreprises des gens qui ont détruit le pays, des personnes réputées dans le détournement et la corruption. Nous invitons Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à se référer aux dossiers déposés par Luzolo Bambi chez le PGR.

Pour lui, le Pays ne mérite pas 10 milliards comme Budget. Il faut qu’on revoit le type des mandataires que nous avons aujourd’hui.

LGC RÉDACTION
Gauthier Mascotte Mukendi

+243990210011

Partager

Pas de commentaires