Présidence de l’Union Africaine : C’est un immense honneur que tous les États africains ont fait à la RDC. Félix TSHISEKEDI

33

La présence mandature, dois-je le rappeler, a pour thème principal : « Arts, culture et patrimoines : leviers pour l’édification de l’Afrique que nous voulons ». Nous voulons, en effet, une Afrique avec une participation active et massive des femmes et des jeunes, moteur du développement durable et inclusif.

Je mesure l’immensité de la tâche que
j’accepte en toute humilité d’assumer,
avec votre appui constant, le concours
appréciable de tous les membres du Bureau et la disponibilité permanente de la Commission de notre organisation ».

C’est en ces termes que le Président de
la République Démocratique du Congo, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est adressé à ses pairs, sitôt élu Président en exercice de la Conférence de l’Union
africaine, organe suprême de
l’organisation panafricaine lors de la
34ème session ordinaire du sommet des
Chefs d’État et de Gouvernements tenu
début février, par visioconférences,
pandémie du coronavirus oblige.

Le nouveau Président a également décliné sa vision pour l’organisation : une
Union africaine au service des peuples
africains. « Je me propose précisément
de faire sortir notre organisation, avec
votre concours à tous, des salles de
conférences, des disques durs de nos
ordinateurs et des dossiers bien ficelés de
nos secrétariats.

J’entends l’amener dans les cours d’écoles, au milieu de camps de
réfugiés, au cœur des marchés de nos
villes et de champs de nos villages.
Promouvoir une communauté
panafricaine consciente de son histoire,
de son potentiel artistique et de la
richesse de son patrimoine culturel n’est
pas et ne doit pas être une option mais un
devoir.

Nous devons le réaliser ensemble
au cours de la présente année, en nous
appuyant sur les neuf piliers qui
constituent ma vision stratégique ».

La présidence Tshisekedi de l’Union
a Africaine intervient à un moment critique pour le continent. L’Afrique fait face à la pandémie de Covid-19 qui a provoqué en 2020 la première récession économique
du continent depuis 25 ans, avec une
nouvelle vague de contaminations qui
inquiète. De même, le continent subit la
résurgence de l’insécurité et du terrorisme jihadiste désormais en Afrique australe où le Mozambique est frappé, après la zone
sahélo-saharienne. Deux défis de taille
qu’il faut relever rapidement.

Tout comme
s’avère urgente la mise en œuvre effective de la Zone de libre-échange
continentale africaine censée faire du
continent africain, la première zone de
libre-échange au monde, de par le nombre de pays concernés : une
cinquantaine.
Le Président Tshisekedi a souligné ces
différents sujets d’envergure dans son
discours du 6 février. « Au moment où
nous accédons à la Présidence de l’Union
africaine, notre continent est en proie à un
défi majeur : celui de faire taire les armes.
Dans la région sahélo-sahélienne, les
filles et fils de l’Afrique tombent chaque
jour sous la barbarie du terrorisme.

En République Centrafricaine, la paix et la stabilité des institutions élues sont mises à rude épreuve dans les rebellions et des groupes armés. Dans la partie Est de la
République démocratique du Congo,
persiste, comme je l’ai relevé à plusieurs
reprises, l’insécurité causée par des
groupes armés locaux et des
mouvements terroristes étrangers
notamment des ADF. Il en est de même
de l’Afrique Australe, réputée pour sa
stabilité et son pacifisme, où le terrorisme est en train de sévir dans la partie nord de Mozambique. » D’autres conflits majeurs, qui n’ont pas encore été adressés à juste
mesure par l’Union africaine devront
également être abordés, dans le sens de
trouver des solutions africaines justes et
pérennes. Il s’agit notamment du conflit
au Tigré, en Ethiopie avec ses répercussions humanitaires, du conflit
dans les zones anglophones du
Cameroun, de la situation au Soudan où
la transition bat de l’aile…
Faire décoller la Zlecaf
L’Afrique au service des peuples que veut
le nouveau Président de l’UA, se construit
aussi à travers l’intégration du continent.
« C’est ici le lieu de saluer les progrès
accomplis dans le processus de
ratification de l’Accord de l’Accord de
Libre-échange continentale africaine
(ZLECAF). Le démarrage des échanges
commerciaux en début de cette année est
l’action du président Mahamadou
Issoufou pour le rôle qu’il a joué dans le
lancement de la ZLECAF). Certes le
démarrage des échanges en ce début
d’année 2021 dans le cadre de la
ZLECAF représente un acte d’indépendance économique. Et il existe
des défis certains au regard des
disparités dans le développement
industriel de nos différents pays ». Il
faudra sans doute veiller à ce que les
dernières questions soient aplanies pour
que ce projet intégrateur délivre tout le
potentiel attendu.
Bien que le Président en exercice de
l’Union africaine ne dispose pas de réels pouvoirs pour faire valoir ses positions, sa personnalité et son leadership peuvent
aider à bouger les lignes.

Le nouveau
Président est déterminé à transformer sa
présidence de l’Union africaine en un
grand moment de retrouvailles africaines,
de retour aux fondamentaux d’une
organisation au service des peuples
africains. Lorsqu’on voit la hargne avec
laquelle il revendique l’héritage des
leaders panafricanistes, de Kwame N’Krumah à Patrice Lumumba, et sa
volonté de faire prévaloir les solutions africaines aux problèmes africains, l’espoir de voir l’Afrique avancer est permis.
Le 30 juin 1960, peu avant sa disparition
tragique, Patrice Lumumba dont on
commémore cette année le 60ème anniversaire de son assassinat déclarait: « l’Afrique écrira sa propre histoire. Et elle
sera au nord et au sud du Sahara une
histoire de gloire et de dignité ». C’est
dans cette optique et pour honorer la
mémoire de tous les panafricanistes, que
Félix Tshisekedi a placé son mandat. Les
forces obscurantistes qui tirent toujours le
continent vers le bas consentiront-elles à
laisser prospérer cette vision salutaire ?
Ne soyons pas naïfs : rien de grand, en
Afrique, ne s’obtiendra sans combat .
GROS PLAN “
II Fraternité Matin / Vendredi 19 février 2021
Les priorités du Président Tshisekedi
Valentin Mbougueng
Devenu, le 6 février, le nouveau Président en exercice de l’organisation panafricaine pour un an, le Chef de l’État
congolais (RDC) a déroulé un programme ambitieux avec pour credo, une Union tournée vers les peuples africains.

LGC
Contact Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires