Pourquoi la Cour Constitutionnelle-RDC devient un organe de ” honte “? Piko Mwepu se moque du bas escalier et décide de siéger malgré les arrêts !

28
0
Partager

Dans une interview réalisée avec une chaîne canadienne, Piko Mwepu se dit inquièt et décide de saboter les arrêts et siéger au cas où la Cour Constitutionnelle se présente comme un organe d’angereux pour la mise en œuvre du processus d’alternance en RDC.

Pourquoi cet organe fait la honte depuis son installation. Depuis que nous avons migré de la Cour Suprême de Justice à la Cour Constitutionnelle, cette institution est devenue comme un torchon que tout citoyen peut se servir pour devenir député National, sénateur et cela même s’il ne se trouve dans une circonscription x, et après un recours fantaisiste il peut être confirmé Député. C’est curieux et cela s’appelle négligence et sabotage des attributions de la République.

Prenons le cas de l’arrêt : 048/DN, qui ne peut être modifié, attacable, inaltérable, hermétiquement protégé par les articles de la constitution :168, et 62.
Malheureusement nous vivons à un spectacle, les greffiers profitent des réseaux sociaux pour publier des infos internes de fois encore à la correction.

Prenons un cas constaté, RCE :1071/DN, rectification d’erreurs matérielles en violation de la constitution, de droit de la défense et de la loi électorale par la chambre spéciale qui nous a offert un droit spécial imaginaire, dans un contentieux facile arrêt : RCE:048/DN régulièrement rendu, et qui fonde son pouvoir dans des lois du pays et surtout conformément à la procédure constitutionnellement régulière en appuie avec d’abondantes jurisprudences de la CSJ et d’autres instruments juridiques de droit comparé en ce qui concerne les cours constitutionnelles, voilà que le doute pèse cette fois-ci sur la Cour Constitutionnelle de la honte et ses arrêts en rectification d’erreurs matérielles qui profitent aux victimes dont Piko Mwepu élu avec un lot incontestable de tous, avec un arrêt qui ne peut être abrogatoire,

C’est ici qu’il décide : Piko Mwepu ” je serais à l’Assemblée Nationale pour siéger comme député national élu et vainqueur, de plein droit j’occuperais mon siège et celui issu d’erreurs matérielles, et si la Cour Constitutionnelle continue ses aventures de Tintin au Congo, elle constatera que l’élu fantôme proclamé par la magie de corruption pourra être mon assistant ” car tous ces hauts magistrats et avocats sont tenus à respecter la constitution réf, art:168.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires