Parlement des jeunes de la RDC : Landry Mbazi désigné président ad intérim, Arthur Omar Kayumba défenestré.

453

Comme il fallait bien s’y attendre, Il y a remous au sein du parlement des Jeunes Congolais. Le Président Arthur Omar Kayumba visé par une motion de défiance. Il vient d’être destitué lors de la session extraordinaire tenue ce samedi 24 mars 2018 au salon Bonobo de Venus Hotel, en présence des membres du bureau et plus de 150 membres qui ont répondu à l’invitation sur le 200 dont compte cet organe délibérant des jeunes. La session extra ordinaire de destitution a été présidée par son Vice-Président Landry Mbazi. Il faut dire que l’ancien président Arthur Kayumba n’a pas répondu à cette invitation.

D’après la déclaration sur la motion de défiance lue par le rapporteur du parlement des jeunes, l’ancien président est reproché des fautes grave entre autre d’entretenir un imbroglio au sein du parlement, manquement grave des autorités et la non organisation des élections surtout le détournement des fond et aussi la gestion calamiteuse.

Après l’approbation à l’unanimité par la plénière du procès verbal, cette motion de défiance a sanctionné ces assises de session extraordinaire.
De ce fait, Landry Mbanzi est désigné par ses pairs Président ad intérim du Parlement des jeunes Congolais, en remplacement du déchu Arthur Omar Kayumba.
La nouvelle équipe aura pour mission l’organisation des élections au sein du parlement. En attendant le dépôt du Procès Verbal auprès du ministre de la jeunesse, à qui revient la décision du moment des bonnes élections.

Precisons que depuis ce jour, le temple de la démocratie pour les jeunes est sur une pente dangereuse. A la base, le règlement d’ordre intérieur et les statuts sont violés par le président sortant qui n’arrive pas à organiser les élections. Et pourtant, chaque 3 ans le comité sortant est appelé à organiser les élections pour permettre à ce parlement d’être une école de la démocratie pour les futurs dirigeants de la RDC.

Déjà, le parlement de jeunes du pays présente des risques face aux partenaires qui désirent traiter avec un comité légitime. C’est dans ce cadre que les parlementaires jeunes se sont retrouvés ce samedi pour évaluer la marche de cette structure et proposer les pistes pour arrêter le drame qui se fait sentir.
Ils ont constaté que depuis 2011, ce parlement des jeunes avait organisé et tenue sa première et dernière élection. Trois ans plu tard le Bureau n’a pas pu convoqué un autre scrutin, et cela jusqu’à ce jour. En se réfèrent aux statuts, le mandat électif au Bureau national du parlement des jeunes, est de 3 ans renouvelable une fois. Pour l’instant, le comité en place, se sont accordés avec étonnement un second mandat. Voilà qui pousse les parlementaires jeunes de retirer leur confidence au président du Bureau national du parlement des jeunes et ils sollicite par ailleurs l’implication du ministre et du gouvernement pour que le bureau arrive à donner l’exemple aux jeunes du monde.

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse