modernisation des routes du Grand Kasaï, l’entreprise chinoise CREC-7 apporte son expertise dans le Projet Tshilejilu.

22

Le projet Tshilejilu a été accueilli avec faste par la population Kasaïenne comme leur lueur d’espoir, après la déception enregistrée dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours du chef de l’Etat. Cette fois-ci, c’est la société de construction chinoise CREC-7 qui veut relever le défi. Le projet Tshilejilu, entendez par-là « Exemple », modernise en premier les routes de tout le Grand Kasaï. La province du Kasaï-central prend la tête de liste avec 35km de route à construire. La province du Kasaï-Oriental comprend 25 Km de route à moderniser ; la province de Lomami 15,5 Km et la province du Kasaï 15,39 Km.

Des travaux que la société chinoise CREC-7 a véritablement débuté le week-end dernier à Kananga et à Mbuji-Mayi. Ces travaux lancés avec fanfares par les ingénieurs chinois, marquent un point de démarcation avec les anciennes routes qui ne résistent pas aux caprices de la saison pluvieuse. Le go de tous ces travaux a été donné par le vice-premier-ministre, ministre des Infrastructures et travaux publics.

Les villes de Mbujimayi, Chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental, et de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï-centrale, ont vécu sous la fièvre du lancement des travaux d’envergure dans le cadre du projet Tshilejilu, samedi 27 et lundi 29 mars 2020, à l’exception de ceux de Kinshasa déclenchés par le Chef de l’Etat lui-même.

Retenu comme structure de contrôle et de vérification, l’Office des Voiries et Drainage (OVD), une structure pérenne de l’Etat congolais, parle d’un projet jamais réalisé depuis la création de la ville de Mbuji-Mayi et vante déjà la qualité des futures routes que connaîtra la ville présidentielle, ville où naquit l’actuel Chef de l’Etat.

L’entreprise qui va exécuter ces travaux, la société CREC-7 a, à travers son directeur général adjoint, Dr Stéphane Mundadi, indiqué que toutes les artères connaitront les caniveaux pour canaliser les eaux de pluie. Celles qui sont à la base des dégâts et autres catastrophes naturelles.

En outre, Stéphane Mundadi a salué cette initiative salvatrice du président de la république qui a tenu coûte que coûte à relier les provinces et permettre l’évacuation des marchandises dans le but d’approvisionner les grandes villes.

Dans un autre angle des travaux, le Dga de CREC-7 voit aussi la création d’emploi que va générer le projet Tshilejilu d’inviter la population à s’approprier ces travaux et faciliter la tâche aux ingénieurs chinois.

Financé à hauteur de 139 millions sur l’ensemble du pays, grâce à un partenariat public-privé, la société chinoise Crec-7 compte également construire dans le cadre du projet Tshilejilu, plusieurs kilomètres des routes de dessertes agricoles dans une durée large de 36 mois pour l’intérieur du pays, et 28 mois pour Kinshasa.

Par E. Izuba

LGC
CONTACT RÉDACTION
+243990210011

Partager

Pas de commentaires