Mabunda vs Kabund, le bateau Assemblée nationale jette Jonas dans l’eau

49

Édito de Cyprien Kapuku

La tempête apaisée, les passagers-députés à bord du paquebot Assemblée nationale peuvent-ils dormir comme des bébés, sans s’inquiéter de leur vie ? En tout cas, celui qu’on a cru pendant longtemps être  Jonas, à la base de tous les « maux » à la Chambre basse,  Kabund, a été jeté dans l’eau. C’est au terme d’une expédition à la vitesse grand V, que le « maître-nageur » a été éjecté de son fauteuil du 1er vice-président de l’Assemblée nationale, fonction entourée de beaucoup d’honneurs et de prestiges.  
Kabund n’avait pas encore cessé de goûter  à cette expérience lorsque, soudain, le formage lui a été  arraché de la bouche, alors qu’une grande partie était encore à l’extérieur. Coup dur. Et dans ce combat des gladiateurs, il n’en fallait pas plus à la Cour constitutionnelle de venir couper l’appétit  du plat préparé au Conseil d’Etat dont le texture dorée avait suscité moult espoirs.
Kabund est parti, que reste-t-il de l’Assemblée nationale ? Pas grand-chose. Le feuilleton Mabunda-Kabund, qui n’avait que trop duré, est celui qui aura montré  le vrai visage de l’Assemblée nationale. Coïncidence ou hasard du calendrier, c’est en cette période de la Covid-19 que les députés ont néanmoins  trouvé propice pour régler les comptes à « Kabund-Jonas », se refusant de statuer sur des matières susceptibles de donner satisfactions au peuple.
Bagarre, préparation d’une deuxième motion de destitution contre le président ai  de l’UDPS, alors que la Cour statuait déjà sur cette même affaire, autant d’indices qui n’attestent pas moins la théorie du complot.  Un fiasco révélateur  d’une Assemblée nationale qui n’a d’yeux que la défense des lignes politiques de différents camps qui la composent. Peut-on s’interroger sur la probité morale des actuels députés  dont la mission première et dernière consiste à défendre et faire entendre la voix du peuple ? La question est sur toutes les lèvres. Autre question lancinante : les électeurs congolais vont-ils encore se mobiliser pour les législatives de 2023, lorsque les demandeurs des voix deviennent des loups, une fois le mandat acquis ?
Même si parmi ces députés,  il y a encore ceux pensent véritablement servir le peuple, toute la difficulté est de trier dans l’hémicycle le bon grain des députés qui n’en peuvent plus de l’ivraie des autres députés bénis oui-oui.
On retiendra que dans ce face-à-face tendu Mabunda vs Kabund, l’UDPS, minée par des conflits internes de positionnement, se retrouve dans une curieuse position d’observatrice, encaissant quelques coups de la part de ses adversaires. Mais la guerre de tranchées entre ces deux autrefois collègues au bureau de l’Assemblée nationale s’est déplacée sur le tandem FCC-CACH, sur leurs bisbilles du début de la législature. Quitte à la population d’apprécier.

Partager

Pas de commentaires