RDC : le président F.Tshisekedi annule le contrat léonin « AGI »

32
0
Partager

Depuis son accession au pouvoir ,le chef de l’État Félix Tshisekedi continue à marquer les esprits des congolais en assenissant de plus en plus le climat des affaires en RDC.

Ce vendredi 1er février 2019 à la Cité de l’Union africaine au cours de la réunion interinstitutionnelle,
F.Tshisekedi a instruis le gouvernement pour que le contrat de prestation des services attribué par le ministère des postes et télécommunications à la Société African General Investment Limited (AGI) soit annulé , d’après le compte rendu de la réunion interinstitutionnelle lu par le vice-Premier ministre Henri Mova Sakanyi.

Dans ce contrat léonin, sur les 100% des revenus générés par la taxe sur les flux téléphoniques, AGI était rétribué à hauteur de 85% contre 15% à l’ARPTC (agence de régulation des Poste et Télécommunications du Congo) et 5% pourcents à la commission où siègent les conseillers, de la primature, ceux des ministres des finances et PT-NTIC et leurs experts.

Pour rappel, AGI était chargé d’installer et exploiter le système de contrôle de flux téléphoniques générés par les opérateurs de téléphonie mobile.

Le décret du Premier ministre Bruno Tshibala, contresignés par les ministres des finances (Henri Yav Muland) et des Postes, Telecoms et nouvelles technologies (Emery Okundji) fixe la facturation suivante sur chaque contrôle des flux téléphoniques (appels, SMS et data) :

A. 0,0115 $ par minutes d’appels sortant infra réseaux, inter-réseaux et internationaux généré par chaque réseau,

B. 0,01$ par SMS sortant infra réseaux, inter-réseaux et internationaux générés,

C. Internet : 5% des revenus bruts générés par le service des données.

Le contrat était signé pour une période de 10 ans. Son investissement évalué à 1 million $ allait générer 27 millions $ mensuellement sur lesquels AGI allaient percevoir 23 millions contre 2,7 millions pour l’État à travers L’ARPTC et la Commission.

Les opérateurs de télécom avaient en vain dénoncé ce contrat qui d’après eux entraînait un surcoût et allait occasionner une augmentation de 27 % de leurs tarifs.

Robert KALEMBA

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse