Le journaliste français Jean Hélène était assassiné en Côte d’Ivoire. 15 ans apres le site legrandcongo se souvient.

47
0
Partager

Ce jour-là, en début de soirée à la sureté au Plateau (Abidjan), Jean Hélène (journaliste correspondant de RFI) est abattu de deux balles dans la tête, tirées à bout portant d’une AK 47 par un policier du nom de Théodore Seri Dago.
Jean Hélène était venu devant la direction de la Sûreté nationale pour assister à la libération de 11 prisonniers du RDR arrêtés « pour complot contre le président Gbagbo ». Selon le récit des témoins, Jean Hélène était assis dans sa voiture, en train de téléphoner, quand le sergent Dago Séry Théodore (28 ans), s’était approché de lui pour lui demander les raisons de sa présence. Le journaliste avait répondu qu’il attendait la libération des prisonniers pour les interviewer. Le policier s’était alors éloigné pour informer sa hiérarchie et prendre les ordres. Il avait, par la suite, rejoint le bureau du directeur des Renseignements généraux (le commissaire Djablé= et lui aurait alors signalé « la présence d’un Blanc assis dans une voiture rouge, qui passe son temps au téléphone et dit être venu attendre la libération des militants du RDR ». Le commissaire Djablé lui aurait alors rétorqué, selon un rapport de la police, qu’effectivement les militants du RDR devaient être libérés et que le Blanc en question était un journaliste venu couvrir l’événement. Pourtant, le policier serait alors descendu et quelques minutes après, on entendait, venant de la rue, une violente détonation. Puis le policier serait revenu à l’intérieur de la direction de la Sûreté nationale. Là, il aurait rencontré le commissaire Adjoussou (le directeur général de la Sûreté nationale) qui descendait de son bureau, alerté par le coup de feu de l’AK 47. Le sergent Dago lui dit alors – le plus simplement du monde – qu’il venait d’avoir une prise de bec avec le journaliste blanc et qu’il l’avait « descendu ». Adjoussou se serait pris la tête entre les mains avant de hurler : « Tu viens de nous créer de gros problèmes ». Il lui aurait pris son arme et ordonné son arrestation.

L’assassin de Jean Hélène, le sergent Théodore Seri Dago, a été condamné à 17 ans de prisons. Jean Hélène a-t-il été abattu parce qu’il était journaliste ? Parce qu’il était journaliste de RFI ? A-t-il été victime de la campagne de presse orchestrée par les médias d’Etat à l’époque contre la France ? Théodore Seri Dago a-t-il agit seul ou avait-il des complices? Autant de questions qui sont restées sans reponses jusqu’à ce jour.(Archives Babunga)

Thierry Kasongo
Redaction
0990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse