*Le Journaliste Chroniqueur Politique John LUNGILA se demande si Joseph Kabila va apporter un discours nouveau, ou doit il revenir sur son ancien feuilleton qui parle de son mandat résolu par la constitution.

405

Le chef de l’État Joseph Kabila parle ce jeudi devant les deux chambres du parlement. Que va-t-il dire, que veut-il transmettre comme message au peuple ? Le Tout dernier, je ne pense pas. Est-ce pour faire ses adieux au peuple congolais, je ne crois pas non plus. Certains s’attendent à ce que Kabila dévoile le
de son dauphin pour la prochaine présidentielle.

Ils seront tous déçu, tous ceux qui attendent Kabila Joseph parlé de ces questions. Ce pour plusieurs raisons, mais ici je n’évoquerai qu’une seule raison pour tous les déçus de ce jeudi. Ils doivent savoir et retenir que le discours du chef de l’État de ce jeudi n’est autre celui sur l’État de la nation, donc son contenu est d’ores déjà connu càd une évaluation des différents secteurs, économique, social, électoral, politique, sécuritaire et même diplomatique du pays. Il nous donnera le bilan avec une projection sur l’avenir. Sûrement, le Président de la République va ouvrir avec raison, une brèche sur le processus électoral afin de rassurer sur la ténue des élections et le respect des engagements surtout de la part du gouvernement s’agissant le financement des élections.

C’est aussi certain que ce jeudi, nous aurons un Joseph Kabila taquin contre ceux qui font des pressions sur lui et les institutions de la république pour des matières relevant de notre souveraineté. Cependant, Joseph Kabila ne dira jamais demain un mot sur son avenir politique, sa participation ou pas aux prochaines élections ou encore son dauphin. Pour ça, personne ne devrait en principe lui en vouloir car c’est ne pas le lieu indiqué, l’auditoire ou l’assistance appropriée encore moins les circonstances.

Toutes ces questions, Joseph Kabila ne pourra en parler que devant les siens donc sa famille politique notamment la MP et alliés PALU, le FCC. Devant les députés nationaux et sénateurs de l’opposition, le chef de l’État ne prendra jamais ce risque. Voilà en quelques lignes, ma lecture politique en tant que Journaliste Chroniqueur politique et je vous invite au débat responsable s’il le faut à ce sujet.

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse