Le garant de la constitution Félix Tshisekedi peut nommer un Premier Ministre, l’homme de son choix même dans l’UDPS. Francy KALOMBO

23
0
Partager

Le président Félix Tshisekedi qui doit, selon la constitution, nommer un premier ministre au sein de la coalition majoritaire (article 78) peut nommer un membre de son parti ou de l’UNC », estime Francis Kalombo porte parole de Moïse Katumbi, qui s’exprime « en son nom personnel et non pas en tant que porte-parole ».

Cependant, l’accord FCC CACH, qui ne prévoit pas que le premier ministre ne soit pas du FCC, risquerait de voler en éclat si le premier ministre nommé par le président Félix Tshisekedi n’était pas présenté par le FCC, largement majoritaire à l’assemblée nationale.

La cohabitation est impossible, il faut une coalition.

Dans une étude comparative des régimes politiques congolais et français, « j’ai constaté que le régime (hybride) semi présidentiel, qui peut devenir présidentiel quand le président est de la coalition majoritaire, devient parlementaire quand il n’a pas la majorité. Si on peut avoir une cohabitation en France, la cohabitation est difficile en RDC parce que la politique est déterminée en collaboration avec le président de la république. En France, le président peut dissoudre à foison l’assemblée nationale mais en RDC, cette dissolution est conditionnée ».

Francis Kalombo demande donc à la classe politique de reconnaître la parcelle de pouvoirs du président de la république, « garant du bon fonctionnement des institutions, selon la constitution (article 69) », et de s’entendre pour ne pas enfoncer le pays dans la crise.

Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse