La route Unikin-Mabanga-Makaya-Kimwenza mission reste impraticable. Ici, la Regideso n’existe pas. La population attire l’attention de Félix Tshisekedi.

L’avenue Kimwenza, à son tronçon compris entre l’Université de Kinshasa, Quartier Mabanga-Makaya jusqu’à Kimwenza ou se trouve la bibliothèque nationale est dans un état de délabrement très avancé. La population de ce coin de la capitale se demande pourquoi les travaux ne débutent pas depuis le lancement par le directeur de l’OVD. A en croire certaines femmes maraîchères, les chinois affectés pour cette route construisent d’abord leur Qg non loin de l’Unikin avant de démarrer les travaux qui vont prendre plus de 5 mois.

Ce tronçon facilite le trafic des marchands et les courses des habitants d’une partie de la commune de Lemba, Mont Ngafula et du quartier Mabanga. Les habitants de ce coin lancent un SOS au président de la République. Pourquoi les 100 jours se limite sur Fikin, avenue de l’Université et l’UNIKIN se demande une femme avec bassin d’eau sur la tête.

Parfois, les chauffeurs de transport en commun sont obligés de s’arrêter en mi chemin au niveau de Mon Carmel axe école Kams, cela suite à l’ impraticabilité de la route qui présente en face plus de deux ravins et aussi des cassures de terre qui glisse pendant la pluie.

Par conséquent, la population est contrainte de payer plus de six fois les frais de transport. Plus de 3000 franc congolais pour atteindre le rond point Ngaba. Kimwenza-Makaya, puis makaya-Mabanga, Mabanga-Campus, et rond point Ngaba.

Signalons que ce tronçon est beaucoup sollicité vu la fréquence et le nombre des personnes qui y habitent actuellement, c’est une masse importante de la population et des activités commerciales, les écoles de Kimwenza, le cimetière de Kimwenza et les maraîchères.

Au delà de la route, un autre problème qui s’ajoute, c’est la carence en eau potable. Les femmes de Mabanga-Makaya souffrent chaque jour pour avoir de l’eau soit au Campus UNIKIN, soit dans les mabulus. Des enfants se réveillent à 5 heures pour obtenir un bidon de 5 litres pour une famille de 7 à 10 enfants. D’où, certains se lavent une fois deux jours indique une femme trouvée aux mabulus. La tuyauterie n’existe pas, la Regideso ne fonctionne pas dans cette partie de la capitale où des robinets sont restés des fantaisies.

Dorine Nyembo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires