La CPI ne peut bloquer, ni la CENI, ni la cour constitutionnelle dans le contentieux de la candidature du sénateur JEAN-PIERRE BEMBA GOMBO ( édito)

307

Une lecture contraire à cette réalité juridique, du reste reprise subjectivement par les médias antigouvernementaux, est totalement erronée. De l’aberration scientifique à ciel ouvert. Autrement, l’extrait du casier judiciaire de Jean-Pierre Bemba Gombo, joint par ses propres soins au dossier de sa candidature n’aurait jamais rien indiqué qui compromette la validité de sa candidature au regard de l’article 10 de la loi électorale.

En lieu et place d’un extrait de casier judiciaire vierge produit par Jean-Pierre Bemba Gombo lui-même, il y est mentionné noir sur blanc une condamnation pour des faits de subornation de témoins par une décision de la CPI. À cet extrait de casier judiciaire, le candidat a joint lui-même le jugement de la CPI. Le principe pour ceux qui ne le savent pas ou feignent de l’ignorer, c’est que le casier judiciaire n’enregistre que des condamnations coulées en formes de décisions irréversibles. La CENI n’a rien à inventer dans un dossier de candidature. Il est regrettable que la CENI elle-même ne fasse pas d’effort de communiquer à bon escient.

BK.

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse