La coalition Nationale de l’éducation pour tous CONEPT/RDC désormais engagée pour la lutte contre la violence juvénile

306
0
Partager

La Coalition Nationale de l’Education pour Tous CONEPT/RDC a organisée le samedi 17 février 2018 dans les écoles de différentes communes de la ville de Kinshasa ciblées, une grande campagne de sensibilisation des jeunes contre la violence juvénile.

En effet, depuis près de quinze ans, la ville de Kinshasa est en proie à la montée de la délinquance juvénile bien identifiée sous le nom de « phénomène kuluna », dans les communes urbaines et péri-urbaines. Ce phénomène dont les conséquences aujourd’hui n’épargne aucune couche sociale et touche essentiellement les adolescents et les jeunes dans la tranche d’âge de 10 à 19 ans. 

Voilà pourquoi dans le cadre du projet « club des jeunes contre la violence » conçu par l’ONG LIVING PEACE, PROMUNDO, et financé par l’ambassade de Suède, la CONEPT/RDC avec la facilitation de la direction provinciale de l’EPSP, compte prévenir le problème de la violence dans la ville province de Kinshasa. Pour ce faire, les écoles et les centres d’encadrement des enfants en rupture familiale et sociale, ont été ciblées comme lieu d’implémentation du projet dans les communes de BUMBU, KITAMBO et MAKALA.

L’objectif de ce projet se veut de sensibiliser les élèves, les parents, le personnel de l’école, les membres de la communauté sur le rôle clé que les jeunes et les adolescents peuvent jouer dans la prévention de la violence et la promotion de l’égalité du genre et aussi les informer sur les problèmes liés à la participation des jeunes et adolescent dans les groupes violents.

En marge de cette célébration de la campagne marquant la fin de la deuxième phase de session de groupe, plusieurs manifestations ont été organisées le samedi 17 février dans les écoles des communes de MAKALA, KINTAMBO et BUMBU. A cette occasion, les jeunes ont exhibés à travers des saynètes, les leçons apprises au cours de différentes sessions. Ensuite, quelques et les parents ont témoignés sur le changement subit après avoir pris part à des sessions organisées dans le cadre de ce projet. Les autorités scolaires et communales n’ont pas manqué d’exprimer aussi leur satisfaction quant à l’impact de ce projet dans leurs communes respectives qui du reste sont rongées par le phénomène KULUNA.

Les différents messages élaborés par les jeunes ont sensibilisés la communauté sur les méfaits de la violence, et ces derniers ont compris les conséquences liées à la participation des jeunes adolescents de 10 à 19 ans à des groupes violents.

Benoit MUDIAYI MUTOMBO

      

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse