“Kongo Central, Ituri, Haut-Lomami, Sankuru” : Un plan de déstabilisation interinstitutionnelle déjoué, entre-temps, chaque gouvermeur relance les projets de développement.

191

Félix Antoine TSHISEKEDI entend ainsi imprimer une nouvelle ligne d’actions communes et de parfaite collaboration entre les gouvernements provinciaux et les assemblées provinciales. Le ton a été donné depuis décembre 2019 lors du deuxième Forum national sur la décentralisation.

Félix Tshisekedi avait saisi l’occasion pour fustiger l’instabilité dans laquelle certains acteurs politiques ont plongé la plupart des provinces du pays, pour des intérêts individuels mais aussi ceux de leurs partis et regroupements.

Pour le chef de l’Etat, il est « inadmissible » et « absolument inacceptable » qu’il y ait des intérêts politiques et mesquins des individus qui tentent de déstabiliser des institutions provinciales.

Ce rappel vaut son pesant d’or à ce jour pour pousser davantage les acteurs provinciaux dans le Kongo Central et les autres provinces, à comprendre les attentes de la population.

Répondre aux attentes de la population

Prendre en compte les attentes de la population sous-tend également la logique de l’Etat de droit et du service pour le peuple « Le Peuple d’abord » en vue de garantir la paix et la sécurité dans toutes lesprovinces. C’est dans cette dynamique que le chef de l’Etat a faitexaminer en toute sérénité l’affaire de l’instabilité des provinces par une commission ad hoc.

La question a été soulevée lors du Conseil des ministres du lundi 4 mai 2020. Le rapport de la Commission ad hoc chargée d’examiner les dossiers sur l’instabilité dans certaines provinces, présenté par le vice-Premier ministre, ministre de la Justice et Garde des Sceaux a été soumis à l’appréciation du chef de l’Etat et du Premier ministre, pour des orientations.

Aucune surprise n’est attendue dès lors que les orientations du chef de l’Etat sont connues depuis toujours. Elles sont centrées sur sa volonté de voir tous les acteurs des institutions provinciales se remobiliser en vue de donner un nouveau souffle de développement dans leurs provinces respectives.

Encourager une table ronde sur la paix au Kongo Central

Les autorités provinciales en Ituri, au Sankuru, dans le Haut-Lomami, tout comme au Kongo Central, doivent dépasser le cap de messes noires pour une collaboration harmonieuse. Ensemble, elles sont appelées à relever le défi pour redonner une dimension politique à la notion de bien commun. C’est pourquoi, l’initiative d’une table ronde sur la paix dans le Kongo Central, prise par le gouverneur AtouMatubuana, et encouragée par le chef de l’Etat lors de son séjour dans la ville côtière de Muanda, doit être étendue aux autres provinces.

Atou Matubuana qui ouvre ainsi la porte à la réconciliation afin de faire face à la pandémie de Covid-19 dans sa province,s’inscrit dans la vision du président de la République pour le vivre«ensemble» et la «réconciliation nationale». Cette volonté
d’ouverture, mieux, de dialogue mérite le soutien et la réponse des autres acteurs du Kongo Central précise le potentiel. Députés provinciaux, députés nationaux, notabilités et autres personnalités, tous, doivent dorénavant poser des actes de nature à encourager le développement de la province. Ce qui fera du Kongo Central, le modèle à suivre pour les autres provinces concernées par l’instabilité.

Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires