Kinshasa : les cris des parlementaires du Kwango entendus. Le député Samuel Mbemba enfin retrouvé. Les circonstances !

34
0
Partager

En effet, le 5 juin
les députés et sénateurs regroupés au sein de la Coordination des Parlementaires du Kwango ( CPK), se sont retrouvés au palais du peuple pour exiger la libération immédiate et sans condition de leur collègue Samuel Mbemba Kabuya Tanda enlevé la nuit du 3 juin par des personnes non identifiées.

A cette occasion, ils ont insisté sur la recherche et les poursuites judiciaires contre les auteurs de cet acte odieux et de leurs complices, le rétablissement dans ses droits sans hésitation du député national, la révocation immédiate du juge Funga de la Cour Constitutionnelle pour immoralité et association des malfaiteurs.

Par ailleurs, les parlementaires du Kwango ont remercié et encouragé la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, pour les initiatives entreprises avant d’inviter tous leurs collègues à joindre leurs efforts pour obtenir la libération de l’honorable Samuel Mbemba Kabuya Tanda.

Mais peu avant son enlèvement, il a été l’objet de menaces au téléphone par une personne non autrement identifiée.

Pour les parlementaires du Kwango, cet acte ignoble, criminel et répréhensible constitue un recul des libertés fondamentales et une provocation pour la communauté Kwangolaise qui représente 30℅ de la population kinoise.

Cependant, le député national Mbemba-Kaku Tamba Samuel vient d’être libéré par ses bourreaux ! Il vient d’être jeté aux encablures de la salle des fêtes Malebo, non loin du rond-point Magasin dans la commune de Ngaliema. C’est à bord d’un taxi appelé communément ketch qu’il a été projeté par ses bourreaux.

Les éléments de la police proches de l’endroit où il a été jeté l’ont récupéré. Saisi par le Bureau de l’Assemblée nationale, le Commissariat provincial de la Police Nationale Congolaise, avait lancé une alerte pour qu’on le retrouve.

Finalement, ses bourreaux qui l’avaient enlevé après des menaces au téléphone l’ont finalement libéré.

Contacté par votre site le député JP Pasiamba, se dit satisfait de cette relaxation et demande à la police de poursuivre les recherches pour dénicher les auteurs qui devront répondre de leurs actes.

Thierry Kasongo

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse