Kindele-Mabanga: les femmes exigent de l’eau et demandent à Félix Tshisekedi à protéger leurs mariages. “Chaque jour nous quittons le lit à 4heures 30”

Ces femmes du quartier Kindele, Mabanga et Kimbondo sont descendues dans les rues avec leur bidon en main pour decrier la rareté de l’eau au robinet ça fait plus de trois ans.

Elles lancent ce message au chef de l’État, en tant que père de la nation : Papa Félix Antoine Tshisekedi sache que chaque jour nous abandonnons nos lits et particulièrement nos maris pour courir vers l’Université de Kinshasa, plus de 3 à 4 Kilomètres à la recherche de l’eau. Pendant plus de trois ans, nos consoeurs, une trentaine ont perdues leurs mariages. Nous vous prions de protéger nos couples. Nous avons besoin de l’eau dans nos parcelles où les robinets sont installés par la Regideso.

Pour ces femmes, l’eau c’est la vie, et c’est un droit fondamental. Nous voulons le rétablissement de la tuyauterie emportée par l’eau de pluie sur axe arrêts Makaya.

Elles revelent qu’ il est inconcevable qu’on leur parle de la lutte contre la maladie à virus Ebola sans qu’elles n’aient accès à l’eau pour chaque fois se laver les mains comme le veulent les normes de prévention annoncés par l’OMS et le bourgmestre de Mont Ngafula. Faire la lessive, nettoyer les habits, se laver et mettre la maison propre c’est un casse tête dans ce quartier situé non loin de l’Université de Kinshasa, juste derrière le quartier de professeur.

Ces femmes de Kindele-Mabanga vont déposer bientôt un mémorandum à la présidence pour faire entendre leurs voix. L’ accès à l’eau potable est un droit pour nous. D’ailleurs l’article 48 de la loi fondamentale “Constitution” de la République du 18 février 2006 telle que révisée en 2011, garantit le droit à l’eau potable pour tous.

Au delà, de l’eau, les femmes de Kindele-Mabanga demandent également la réhabilitation et construction de l’avenue Kimwenza qui commence de Triangle, trafic UNIKIN, Mabanga, Makaya jusqu’à Kimwenza gare. Une route délabrée, jonchée des ravins et autres cassures. Nous voulons voir également cette route construite.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires