Kin-Sécurité routière : plus de 20 accidents par jour, Handicap International sollicite l’implication de la société civile dans la sensibilisation et plaidoirie. “Cascade des formations”

C’est dans le cadre de la mise en oeuvre du projet pilote de sécurité routière dénommé ” Tosa mibeko mya nzela pona kobatela bomoyi na yo”, que l’Ong Handicap International a lancée depuis 2014 des cascades de formation dans la lutte contre les accidents de la route dans la ville de Kinshasa.

Cette fois-ci, elle a organisé du 20 au 22 novembre 2019 une formation en faveur des membres des organisations de la société civile oeuvrant dans le secteur de la sécurité routière dont notamment l’Association des journalistes pour la Sécurité routière.

Selon Thierry Kasongo vice-président au sein de cette structure des professionnels des médias, cette formation de trois jours avait pour objectif de faire connaître aux bénéficiaires les principaux facteurs d’accidents de la circulation et les mesures possibles de prévention, actualiser les connaissances des bénéficiaires sur le plan mondial pour la décennie d’action de la sécurité routière, mais aussi former les membres de la société civile sur l’interpretation optimale des informations données par le tableau de bord du véhicule.

Marius Lomboto, formateur et chef de projet sécurité routière Handicap International fédération RDC, la formation est la meilleure façon d’accompagner ces organisations qui travaillent pour réduire le taux des accidents de circulation.

” Nous visons par nos actions dans ce projet, renforcer les capacités des membres de ces organisations de la société civile de la RDC afin qu’ils puissent mieux comprendre les facteurs des risquent qui influencent la survenue des accidents de la route, et qu’ils aient des arguments pour une sensibilisation efficace à travers les actions de sensibilisation qu’ils mènent sur le terrain”, a-t-il indiqué.

A ce jour, plusieurs formations ont déjà été organisées par HI dans le cadre de ce projet, un motif de fierté estime Marius Lomboto, qui constate une nette progression.

” Nous avons constaté qu’aujourd’hui les membres des associations locales oeuvrant dans le secteur de la sécurité routière ont développé les atouts pour mener à bien les actions de sensibilisation sur le terrain. Et lorsque vous les suivez, ils ont des arguments qui tiennent débout et sont capables de convaincre la population congolaise à adopter le comportement sûr sur les routes”, a-t-il conclu.

Au total trente personnes (30), membres de cinq organisations de la société civile étaient concernées par cette formation, en raison de six pour le compte de l’Organisation Congolaise pour la Lutte Contre les Accidents de la Route et Leurs Effets (OCLAR-REF), six de la Commission d’Appui à la Prévention Routière (CAPR), six (6) pour l’Organisation Internationale de la Sécurité Routière (OISR), six (6) pour le Groupe Mutualiste (GMCD), et six ( 6) pour pour le regroupement des journalistes de la sécurité routière.

Dorine Nyembo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires