Kasaï Central : le programme 100 jours de Félix Tshisekedi saboté par le gouverneur Martin kabuya qui empêche Crec-7 à travailler dixit les avocats conseils.

Ce gouverneur représentant le président de la République en province est le premier destructeur du développement dans cette partie du pays.

Pendant que les autres provinces atravers la République soutiennent les actions du Chef de l’État, lui par contre, étant frère du président en exercice combat selon les avocats de Cret7, son propre frère.

Cette entreprise Cret-7 RDC ou Crec7 internationale est la même structure créée par les Chinois, mais qui devient Crec7 RDC selon les principes OHADA. Me Matthieu Lukusa précise que les malins veulent à tout pris étouffer cette entreprise Chinoise, qui, avec des fonds propres a réussir à construire la route Kananga-Kalamba Mbuji, longue d’environ 240 km et ce, après avoir conclu un accord avec la dite province, lequel accord est à ce jour coulé en contrat de concession avec le gouvernement congolais suivant, lesquels, Crec-7 devra recouvrir les 35.000.000 $ Us dépensés, par la récolte de fais de péage et pesage qui serviront à cette entreprise Chinoise à procéder chaque fois à l’entretien de cette route.

” Nous portons plainte contre sieurs Martin Kabuya et Emmanuel Mapenzi respectivement gouverneur et directeur provincial de la DGM Kasaï Central “.

Ces personnalités sont auteurs du terrorisme face aux travailleurs de Crec7 qui œuvrent dans les normes pour la réhabilitation et la construction des route. Déjà, la plainte est sous examen auprès du Procureur Général près la Cour de Cassation.

Sur ce, les avocats conseils de l’entreprise Chinoise sollicitent l’implication du chef de l’Etat pour qu’elle soit rétablie dans ses droits.

Les avocats Crec-7 dénoncent le pillage et le vol des matériels de leur entreprise.

Me Matthieu Lukusa cite parmi les auteurs, le gouverneur du Kasaï Central, Martin Kabuya et son vice, Ambroise Kamukuni ainsi que le directeur de la DGM.

Selon lui, ces autorités ont eu accès aux installations de Crec-7. Ils sont allés loin jusqu’à soutirer frauduleusement certains matériels. Ils menacent même de pouvoir s’accaparer de tous les engins ’’, a condamné Me Matthieu Lukusa.

Les travaux sont arrêtés aujourd’hui.
Crec-7 ne s’explique pas la tendance de Kabuya à vouloir à tout prix confisquer cette entreprise. Matthieu Lukusa s’interroge si les autorités provinciales du Kasaï Central veulent imiter cette pratique honteuse décriée de la zarianisation.

Pour Matthieu Lukusa, l’attitude de Martin Kabuya freine le développement de la province. Il le considère comme un blocage à la réalisation des 100 jours du chef de l’État.

La Direction de Crec-7 ne se voit pas céder au chantage du chef de l’exécutif provincial du Kasaï Central. Elle attend être rétablie dans ses droits par la justice.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires