Ignoré par l’administration Trump ,Kigali à la recherche du parrainage russe.

507

Depuis l’avènement de Paul Kagame à la tête du Rwanda, l’homme a offert ses services comme tout négrier du temps moderne aux administrations américaines Clinton et Bush ainsi Tony Blair, le britannique. Dans son rôle de négrier, le Rwanda a été utilisé dans toutes les guerres de pillage de la République démocratique du Congo. Les multinationales passent par le Rwanda pour accomplir leur sale besogne. Les interventions anglo-saxonnes à travers le Rwanda ont fait plus de dix millions de morts. Ayant le soutien de Bill Clinton, le Rwanda n’a jamais été ni inquiété ni sanctionné par la communauté internationale. Tout en jouant sur le génocide comme son fonds de commerce, le Rwanda a reçu les soutiens financier et militaire de la part des puissances occidentales. Il est présenté comme modèle de développement de la sous région par ses protecteurs. Cette illusion s’est estompée avec l’arrivée de Donald Trump, il va rompre avec les administrations précédentes avec son crédo American First.

Perdu, désorienté, déboussolé, le Rwanda profite du passage du ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov à Kigali pour discuter de la sécurité militaire et de la défense aérienne ; avec en perspective, l’énergie nucléaire et coopération économique. En réalité, le Rwanda veut jouer un rôle d’un nouveau négrier qu’il propose à la Russie en vue de continuer à créer le chaos en RDC, car l’instabilité du Congo est synonyme de la stabilité du régime de Kigali. En d’autres termes, si le Congo est stable, le régime de Kigali aura difficile à justifier son maintien. Dans cette nouvelle géopolitique, le Rwanda jouera difficilement un rôle important en Afrique, compte tenu de sa taille, sa population et ses richesses.
Les nouveaux acteurs de la nouvelle géopolitique mondiale dont la Russie voient mal se substituer au rôle joué par les anglo-saxons dans la déstabilisation de la République démocratique du Congo. Le président russe Vladimir Poutine a compris, au lieu de passer par les commissionnaires, il faut absolument voir le propriétaire pour signer les accords militaires avec la RDC.

Avec un peuple débout, la RDC est devenue une puissance militaire en Afrique, 10è armée africaine, selon le classement 2018 de Global Fire Power, devant le Rwanda et l’Ouganda. En un mot comme en mille, le peuple congolais est déterminé à défendre sa souveraineté, son territoire et ses richesses. En tout état de cause, c’est la fin de l’acte de Berlin de 1885. Voila le message que le Rwanda doit comprendre.

Ke Mafumbe
Rédaction
+243 998 419 160

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse