Histoire-RDC : 8 août 1960, Albert Kalonji proclame l’autonomie du Sud-Kasaï. 59 ans après, Mbujimayi est toujours dans le noir.

5
0
Partager

C’était moins de deux mois après la proclamation de l’indépendance de la RD Congo et après la sécession katangaise. Albert Kalonji (ami personnel de Moïse Tshombe) proclama ce jour-là l’autonomie du Sud-Kasaï, avec comme capitale Bakwanga (actuel Mbuji-Mayi). Mais, contrairement au Katangade Moïse Tshombe, qui avait fait sécession dans les règles de l’art, le Sud-Kasaï d’Albert Kalonji Mulopwe n’a jamais déclaré sa séparation d’avec Léopoldville. Albert Kalonji nomma Joseph Ngalula comme chef de gouvernement.

Et une année après, en 1961, il se proclama “Roi du Sud-Kasaï” sous le nom d’Albert 1er, se décidant de dissoudre son gouvernement et d’opter pour le titre de “Mulopwe” du “Royaume fédéré du Sud-Kasaï”.
L’indépendance du Sud-Kasaï ne dura que 2 ans, jusqu’au mois de septembre 1962 lorsque Albert Kalonji est renversé par un coup d’État militaire instigué par son premier ministre, Joseph Ngalula. Il s’exila alors en Espagne où il resta pendant 18 mois, avant de rentrer au pays et de faire partie du gouvernement de Moise Tshombe de 1964 à 1965. En 1980, il intègre le Mouvement Populaire de la Révolution (MPR, parti unique de Mobutu).

A l’avènement de la démocratie en 1990, il adhère à I’UDPS (opposition), qu’il va quitter en 1996, avant de se réfugier en France à l’avènement de l’AFDL de Laurent-Désiré Kabila.

Il était revenu au pays (à Mbuji-Mayi) en début avril 2015 et c’est là qu’il rendit l’âme le 20 avril 2015, âgé de 86 ans. De Mumkamba kadiata Nzemba à Ngoyi Kasanji et le nouveau gouverneur Djuness Maweja la ville de Mbujimayi n’est toujours pas bien éclairée, sans parler de Kabeya Kamwanga.
babunga

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires