Haut-Katanga-Lualaba : Félix Tshisekedi appelé par ATC à sanctionner les auteurs de la destruction mechante au centre de négoce à Mulungwishi

Devant la presse professionnelle, le délégué de la société Africa Trading and Consultance (ATC Sarl) a donné des précisions sur les faits intolérables qui se sont passés le 21 juin à 5 jours de l’ouverture officielle du centre social de l’ATC. L’avocat conseil se plaint de la démolition illégale dont son centre de négoce de Mulungwishi, dans la province du Haut-Katanga, a été l’objet dans la soirée du 21 au 22 juin 2019.
C’est une occasion de solliciter l’implication personnelle du chef de l’État, Félix Tshisekedi afin que les responsabilités soient établies et que les vrais auteurs soient sanctionnés même si la majorité se cache dans l’armée nationale.

“La création de ce centre de négoce est légale. Elle rentrait dans le cadre d’une mesure prise par le gouvernement provincial du Haut-Katanga de fédérer les creseurs locaux. Il est injuste qu’il soit détruit aussi gratuitement. Car ce centre de négoce avait même donné du travail à des populations locales”, a déclaré devant la presse ce lundi 8 juillet Me Paul Beyadika Kalenga, avocat conseil de ATC .

Il a affirmé que cette destruction est l’œuvre des personnes de mauvaise foi qui ne visent qu’à saper les efforts du président Félix-Antoine Tshisekedi d’instaurer la bonne gouvernance et un changement positif en RDC.

“Nous avons écrit au président Félix-Antoine Tshisekedi pour lui demander de sanctionner ces actes qui énervent la Constitution de la RDC. Nous sommes convaincus que le chef de l’Etat qui ne jure que par la bonne gouvernance en RDC réservera une suite favorable à notre demande et sanctionnera sévèrement les auteurs de cette démolition illégale”, s’est rassuré cet avocat.

Il a fait savoir que le centre de négoce de Mulungwishi s’étendait sur une superficie de 20.000 mètres carrés accordée par le gouvernement provincial du Haut-Katanga.

Il a été détruit la nuit du 21 au 22 juin 2019 aux environs de 20 heures locales pendant que le site était bien sécurisé.

A cet effet, plusieurs tonnes des minerais, des matériaux de construction et bien d’autres objets de valeur ont été emportés à cette occasion. Et même un bâtiment moderne n’a pas été épargné.

Comme si cela ne suffisait pas, rapporte Me Paul Beyadika, ces envahisseurs ont profité de leur passage sur le lieu pour détruire méchamment les stands de négoce, des bureaux des services de l’Etat et un laboratoire international des analyses s’y trouvant. C’est avec amertume que l’avocat conseil recours au chef de l’État garant du bon fonctionnement des institutions et autres établissements privés et publics du pays.

Gauthier Mukendi Kalanda

Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse