H-Katanga : Plus de 10.000 creuseurs autochtones empêchés d’accèder sur le site de Kibolwe par SOURIA sujet indien. “Ça suffit “alerte F. Tshisekedi

48
0
Partager

L’organisation « Ça Suffit » l’un des mouvements citoyens des jeunes congolais acquis au changement socio-politique, ouvrant pour la promotion des valeurs citoyennes, l’Education civique dans la province du Haut-Katanga et partout en RDC s’est exprimé devant la presse nationale et internationale sur un sujet qui fait couler l’ancre dans le Grand Katanga et à Kinshasa. Patrick Mutombo président National de ça suffit.

En effet, « Ça Suffit » avait organisé une descente dans le secteur « source du fleuve Congo », groupement Mubambe, territoire de Kambove où les populations autochtones vivant dans les carrés miniers deviennent victimes des conflits d’intérêts ; malgré la disposition de l’Article 4 du nouveau code minier qui stipule : « De l’obligation de réaliser les projets de développement convenus, le titulaire des droits miniers ou de carrières est tenu de commencer la réalisation des infrastructures et services socioéconomiques de base au profit des communautés locales affectées par les activités de son projets suivant le chronogramme convenu et contenu dans le cahier des charges ».

Ça suffit dénonce la complicité de l’ancien gouverneur du Haut-Katanga qui aurait pour des raisons Electorales délivré en date du 8 mars 2018 dans sa lettre portant numéro 0001 une fausse autorisation d’exploitation à l’Indien Souria, document portant la signature de l’honorable Pande Kapopo en lieu et place du gouverneur de province (une entorse administrative).

Ça suffit met en garde l’administrateur du territoire de Kambove pour des multiples abus de pouvoir contre les autochtones.
Par conséquent, le Mouvement Citoyen ça suffit “encourage les efforts consentis par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans sa démarche pour l’instauration de la paix et la sécurité dans les coins et recoins de la RDC, et dans la province du Haut-Katanga en particulier”.
Au regard des faits, ça suffit craint l’exode de plus de dix-milles creuseurs autochtones, chassés de leur milieu d’origine vers les grands centres villes, notamment Likasi, Kolwezi, Lubumbashi, …. Situation qui pourrait avoir des conséquences terribles et vont compromettre les acquis du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui, par son sens managerial très élevé à convaincu toutes les communautés du grand Katanga à vivre dans la paix.

Attendons du nouveau gouverneur élu, le rétablissement rapide des autochtones et creuseurs artisanaux dans leurs droits légitimes cela, conformément aux principes du nouveau code minier. Ça suffit sollicite l’implication de l’auditeur général militaire, le procureur général de la République, et l’Assemblée Nationale pour qu’une enquête mixte et urgente soit diligenter afin de déboulonner ce réseau dans cette partie de la République, et surtout de poursuivre le sujet indien qui venait d’instaurer avec la bénédiction de certaines autorités locales, une taxe irrégulière de 3.000 dollars à la sortie de chaque camion de minerais, et c’est pour un revenu par jour évalué de 30.000 dollars à 45.000 dollars américains. Dans ce contexte, ça suffit de demande si la RDC a réellement besoin de tels investisseurs? Ils pillent les richesses du pays et laissent le milieu et les autochtones très pauvres, à quoi bon de soutenir ces groupes !.
Au haut commandement de la garde Républicaine d’interpeller de toute urgence le tout puissant capitaine Didier Banza et consorts, régulièrement gratifiés par le sujet indien qui a installé sa maison de fortune dans la carrière, et sur ce, sans aucun document officiel.
Cependant, il n’est plus un secret pour personne que, la corruption observée dans les services de gestion du secteur minier serait à la base de la recrudescence des conflits entre les imposteurs investisseurs et la population autochtone; lesquels conflits conduisent aux violations flagrantes des Droits de l’homme et à l’insécurité.
Pour rappel, le village KIBOLWE, situé dans le secteur de la source du fleuve Congo, groupement de MUBAMBE dans le territoire de Kambove à plus ou moins 100 km de la Ville de Likasi à une population estimée à plus de 8.000 habitants. Ce village est convoité depuis 2016 pour sa carrière riche en teneur des minerais de cuivre et qui constitue un point d’attraction pour les exploitants miniers nationaux ainsi que les expatriés. Au début, cette carrière avait était attribué aux creuseurs artisanaux regroupés en coopérative de Développement. Et plus de 24 villages bénéficient de l’impact économique de la dite carrière mise en valeurs par les creuseurs eux-mêmes.
Actuellement, la carrière compte : 800 puits forés dont 350 en production, 150 en semi production et 300 en forage. Plus ou moins 3000 creuseurs y travailleraient et ce site qui n’a plus de titre minier bien connu par la population. Raison pour laquelle plusieurs personnes déclarent avoir un permis d’exploitation sur le même site cas de Monsieur SURIA un sujet indien qui exploite et s’enrichit au su et vu des autorités provinciales qui constatent que ce réseau laisse la population dans la douleur.

Dernièrement, les incidents ont eu lieu, survenus en date du 10 Mars 2019 à la carrière de KIBOLWE où la garde républicaine avait tiré sur les manifestants (creuseurs). À ce stade, ça suffit, exigent
le rétablissement des victimes dans leur Droit d’accéder à la carrière pour récupérer leurs biens saisis depuis le 10 Avril 2019.

Çà suffit veut l’ identification du titre minier attribué à l’Indien pour travailler dans la carrière de Kibolwe.
Obtenir le départ de la garde républicaine, les FARDC et la police nationale qui sèment la terreur et l’insécurité sur le site.
Ça suffit révèle par ailleurs, que qu’à l’instant, 4 personnes sont victimes de ce réseau, deux morts, deux grièvement blessées dont l’un est hospitalisé à l’hôpital de Panda. Des creuseurs sont menacés des morts ainsi que des autochtones qui défendent leurs sites miniers.

Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse