Financement de l’éducation : La CONEPT/RDC exige l’allocation du 25% du budget national à l’éducation.

282

La coalition Nationale de l’Education pour Tous CONEPT/RDC, a fait la restitution de la Conférence de DAKAR sur le financement de l’éducation et les engagements de la RDC sur le financement intérieur de l’éducation. C’était au cours de la réunion de concertation des acteurs de la société civile de l’éducation organisée le samedi 17 mars 2018, au Centre d’Études Pour l’Action Sociale (CEPAS), situé dans la Commune de la GOMBE à Kinshasa. Les participants ont pris connaissance du bilan de la participation de la société civile aux activités d’analyse budgétaire du secteur de l’éduction et de la revue des engagements de la RDC sur le financement intérieur de l’éducation.

Dans son mot de circonstance, le Coordonnateur de la CONEPT/RDC a circonscrit le cadre de la réunion. Jacques Tshibalanga a rappelé à l’assistance, que depuis 2015, les Etats membres des Nations Unies se sont engagés à atteindre, d’ici 2030, les 17 objectifs du développement durable(ODD). Le 4ème de ces objectifs appelé ODD 4, est consacré à la promotion de l’éducation par la mobilisation au niveau de chaque Etat partie, de moyens financiers nécessaires pour la promotion de l’éducation. D’où la raison d’être de la conférence de Dakar au Sénégal, au cours de laquelle, les pays ont pris des engagements concrets sur le financement du secteur de l’éducation. 

Abordant le point consacré au bilan de la participation de la société civile aux activités d’analyse budgétaire du secteur de l’éducation, Jacques Katchelewa, chargé de programme à l’Observatoire de la dette publique(ODEP), a passé en revue l’apport des acteurs de la société civile lors de toutes les rencontres d’analyses du projet de loi de finance 2018, afin de comprendre de quelle manière le gouvernement parvient à élaborer le budget, en veillant sur le fait que le désidérata et les recommandations de la société civile surtout en matière de l’éducation soient pris en compte dans la loi de finance. Les acteurs ont fait une analyse globale du projet de loi de finance, en tenant compte de 4 objectifs prioritaire du gouvernement, notamment l’organisation des élections générales, l’amélioration des conditions de vie de population, l’amélioration de la situation socioéconomique du pays, etc.
Quant au secteur de l’éducation, il se révèle, à en croire Jacques Katchelewa, que par rapport aux besoins présentés par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel(EPSP), il y a un écart énorme avec ce que la loi de finance a pu retenir. Ce projet de loi de finance ne respecte pas le protocole d’INSHEON auquel la RDC a souscrit, qui exige que les Etats consacrent au moins 4 à 6% du budget à l’éducation. Même concernant l’ODD4, l’allocation budgétaire de la RDC, ne va pas favoriser l’atteinte de l’ODD 4 d’ici 2030, constate les acteurs a société civile.

Abordant le point lié à la revue des engagements de la RDC sur le financement intérieur de l’éducation, la présidente du conseil d’Administration de la Coalition Nationale de l’Education pour Tous (CONEPT/RDC) Madame Béatrice BOLAMPEKWA, a précisé que la société civile présente aux assises de Dakar a réaffirmé que l’éducation reste un droit humain fondamental dont le financement est inévitable. Les acteurs de la société ont appelé les gouvernements à honorer leurs promesses quant à la nécessité de soutenir l’éducation.

Le coordonnateur de la CONEPT est revenu sur les engagements de la République Démocratique du Congo lors de ces assises. Tout en précisant que l’objectif de la conférence était aussi de collecter le fond -pour soutenir le pays en difficulté, et amener chaque pays d’annoncer publiquement leurs engagements pour le financement de l’éducation. La RDC représentée par le Ministre de tutelle, a d’abord sollicité de l’aide internationale afin de suppléer l’enveloppe nationale du budget allouée à l’éducation. Le Pays s’est engagé fermement à faire passer le budget de l’éducation à 23, 5% d’ici à 2020, le budget de l’éducation de base à 54%, et par rapport au PIB, la RDC a réduit la part à 2.1%.

La projection du spot sur l’ODD4 et les épisodes du feuilleton sur l’ODD4 a également marqué cette activité. Un débat houleux accompagné d’un jeu de question-réponses a sanctionné cette réunion de restitution. 

Benoit Mudiayi

Rédaction
+243 998 419 160

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse