Élections en RDC : Quelques pesanteurs brouillent encore la voie devant conduire à ce rendez-vous, notamment le retour au pays de Moïse Katumbi.

69
0
Partager

Corneille Nangaa : Le Cap peut être mis sur la date du 23 décembre 2018 pour le choix, dans les urnes, du successeur de l’actuel Chef de l’Etat.

Mais quelques pesanteurs brouillent encore la voie devant conduire à ce rendez-vous électoral, notamment, la controverse autour de la machine à voter, la présence dans le fichier électoral d’environ 16 % d’électeurs enrôlés sans empreintes digitales, le remplacement du rapporteur actuel de la CENI par un autre délégué de son parti d’origine, en l’occurrence l’UDPS, la libération des prisonniers politiques emblématiques, le retour au pays de ceux en exil tels que Moïse Katumbi et autres et l’interdiction sélective des manifestations publiques pacifiques, de la liberté d’expression, etc.
Concernant les élections législatives nationales, 15 355 candidatures ont été réceptionnées, après contentieux.
Les élections étant prévues le 23 décembre prochain assure le président de la CENI, Corneille Nangaa qui invite par ailleurs, les partis et regroupements politiques, ainsi que les candidats indépendants à débuter la formation des témoins pour renforcer la crédibilité des élections le jour du vote.
« Ces élections sont d’autant plus importantes pour la République démocratique du Congo qu’elles permettront, pour la première fois de son histoire, l’alternance démocratique.

Thierry KASONGO
Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires

Laisser une réponse