Élections au Sénat, Jean Chrysostome Vahamwiti appelle ses frères et sœurs élus à la sagesse Kivusienne.

2018 année particulière, devant Dieu et le peuple, la Nation Congolaise a proposé la Présidence de la République au Grand Kivu à travers Emmanuel SHADARY. Hélas ! Les Kivutiens ont été les premiers à ne pas saisir l’opportunité si précieuse et historiquement très rare.

Apparemment les Kivutiens n’en ont tiré aucune leçon de l’histoire. Aujourd’hui, la présidence du Sénat est proposée au grand Kivu pour essuyer les larmes de l’année passée. Hélas et encore une fois, les Kivutiens se lancent encore dans le même imbroglio.

” Je me donne le devoir de leur rappeler que le grand Kasai n’a pas hésité de soutenir leur digne fils Président Félix Antoine Tshisekedi pour la Présidence de la République. Le Grand Katanga a fait autant pour le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba. Le grand Équateur a fait autant pour la très dynamique Présidente de l’Assemblée
Nationale, Honorable Jeanine Mabunda. Le Grand Kivu a donc des exemples frais pouvant l’inspirer y compris parmi ses propres fils tel que le Sénateur Matata Ponyo annoncé plusieurs fois dans les sondages comme candidat à la présidence du Sénat “.

Il s’est pourtant soumis à la décision finale du chef du FCC. Un exemple à suivre. Alors que nos larmes n’ont pas séché pour une Présidence ratée, il est de notre obligation de soutenir un seul candidat à la présidence du Sénat. Or, dans la tradition africaine, hérite du pouvoir le fils désigné par le chef de famille.

Aux autres on confie d’autres rôles dans le clan. Face à cette sagesse, le grand Kivu est dans l’obligation traditionnelle de soutenir le Sénateur Alexis Tambwe Mwamba tout en envisageant un autre rôle honorable pour le Sénateur Modeste Bahati.

Par ailleurs, en politique interne on doit se méfier des sirènes étrangères qui, a 60 ans d’ indépendance n’ont jamais su aider à mettre la RDC sur les rails du développement. Les sages du Grand Kivu sont interpellés, fortement interpellés
pour redorer l’image politique des grands Kivutiens en dégageant une option salvatrice conforme à nos traditions africaines.

Bien plus, le Nord Kivu regarde le Sud Kivu et le Maniema, qui, dans le grand Kivu, ont eu le privilège de bénéficier des propositions des candidats à ces quotas. Le Nord-Kivu s’inquiète et sollicite votre sagesse politique. Un proverbe Nande dit:” même un poussin peut conseiller sa mère “. Les sages du grand Kivu, prenez vos responsabilités !

Partager

Pas de commentaires

Laisser une réponse