Élection présidentielle 2023, Félix Tshisekedi exige le retour du second tour et invite le parlement d’éviter le tripartoullage des articles verrouillés.

30

C’est Félix Tshisekedi qui tient au respect de la constitution de la République Démocratique du Congo.
La question du mode des scrutins refait surface dans la classe politique, il faut le dire.

Félix Tshisekedi rappelle devant les élus la nécessité de réfléchir pour voter les nouvelles dispositions qui permet le deuxième tour de l’élection présidentielle.

Devant, les deux chambres du parlement, réunies en congrès, le président de la République était bien précis dans son discours, vendredi 13 décembre, Fatshi a signifié que le mode des scrutins à deux tours va permettre à celui qui sera élu, de jouir d’une légitimité suffisante. Selon lui, le président élu après deux tours des scrutins, devra travailler dans une posture de rassemblement. ” Ne devons nous pas nous interroger sur les avantages du rétablissement du second tour de l’élection présidentielle ?, de manière à ce que le vainqueur puisse être revêtu de la légitimité suffisante pour appliquer SA vision, partant d’une posture de rassemblement et être comptable devant le peuple “, a suggéré Fatshibeton, sous les ovations de l’assistance.

Les scrutins de 2006 ont été organisés à deux tours. Les candidats (Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba) qui étaient arrivés en tête au premier tour, ont été départagés au second tour.

La modification est intervenue en 2011, avec l’insertion dans la loi électorale de la disposition selon laquelle le président est élu à la majorité simple des voix.

Par ailleurs, le président Tshisekedi a averti qu’aucune disposition intangible de la constitution ne pourra être révisée. Il a rappelé que cette constitution a été le fruit d’un consensus laborieusement obtenu après les années de guèrre.

C’est ici qu’il pense que le parlement devrait tout faire pour éviter le tripartoullage des articles verrouillés, un système qui laisse le peuple en deuil.

Rédaction
LGC
+243990210011

Partager

Pas de commentaires