ECOLE EZA MOMBONGO TE : la Troisième édition enfin lancée, ” tous pour la gratuité de l’éducation en RDC “. Sg YMAE-Serge Bondedi

18
0
Partager

Dans l’attente et l’effervescence de la mise en œuvre effective de la gratuité de l’éducation de
base en République Démocratique du Congo tel que l’a promis le Chef de l’Etat, Felix TSHISEKEDI depuis le 10
février dernier, l’Ong spécialisée sur les questions de l’éducation et des jeunes, The « YOUNG
MEN ASSOCIATION FOR EDUCATION » « YMAE» en sigle, vient de lancer depuis la commune de Kasa- Vubu à Kinshasa Capitale de la RDC, la troisième édition de la Campagne ECOLE EZA MOMBONGO TE !
C’est-à-dire, l’école n’est pas un fonds de commerce.

Le lancement a été marqué par trois activités à savoir, un sketch sur la gratuité de
l’éducation de base pour tous suivi d’un autre sur les actes du monnayage de l’enseignement
par les pratiques des ventes obligatoires des fournitures dans les écoles alors strictement interdit
par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel.

En suite d’une Tribune d’expression populaire par laquelle différentes couches sociales ainsi que des acteurs sociaux se
sont prononcé sur la question de la gratuité de l’éducation pour tous.
Au cours de la Conférence de presse animée par son secrétaire général Serge BONDEDI ELEYI les journalistes de Kinshasa ont été informés sur le processus de mise en œuvre effective de la gratuité pour tous tant voulu et pour laquelle YMAE
Ong plaide est une exigence légale internationale et national et ce, conformément aux Engagements pris par la RDC à tous ces niveaux niveau international que national dont :
A. Droit International des droits de l’Homme, de l’enfant et des jeunes
– article 26 de la déclaration Universelle de
droits de l’homme alinéa : « 1.

– Le pacte international relatif aux droits sociaux, économiques et culturels, fait reconnaitre aux Etats signataires, en son
article 13 le droit d’accès à l’éducation
– La Convention de New York sur le droit de
l’enfant article 28
– La Charte africaine des droits de l’homme et
des peuples reconnaît, en son article 17.1,
– L’article 13 de la Charte Africaine de la
Jeunesse.
B. Législation Nationale
– La Constitution de la République Démocratique du Congo en ses articles 43 et 44
– La loi-cadre numéro 14/004 du 11 Février 2014 portant enseignement national dispose en ses articles 10 ; 11 ; 12 ; 32 ; 72 et 73
– La loi n° 09/001 du 10 janvier 2009
portant protection de l’enfant en
République en ses articles 4 ; 5 ; 6 ; 38 ; 39 ; 185 ; 192 ; 193 ; 197 et 198.

C. Cadre règlementaire de l’EPSP
Les actes de monnayage décrits par ce rapport audelà de constituer des actes de discrimination à
l’encontre des enfants et des jeunes, peuvent
constituer des infractions de droit commun au regard
du droit pénal Congolais.

Il s’agit notamment: (1) la
vente obligatoire dans les écoles des uniformes, des fournitures scolaires et des objets scolaires ; (2) imposer le recouvrement et/ou instituer des frais illicites notamment tels que: (a) faire payer aux
enfants des frais d’inscription à l’école, (b) faire payer aux parents des frais ou des présents pour droit de
réinscription ou de confirmation d’inscription, (c)
faire monnayer des travaux manuel en contrepartie des points et/ou des avantages quelconques, (d) faire payer aux enfants et/ou aux parents ou aux préfets des frais de suivi, des laboratoires, des fuites, de
l’organisation matérielle pour la réussite à l’Examens d’Etat ; (4) la chasse et/ou l’expulsion des élèves pour
défaut de paiement ; (5) spéculation et marchandage des imprimés.
aux cours d’encadrement payante ; (7) faire
supporter malicieusement aux parents les charges de constructions des nouveaux bâtiments ; (8) spoliation et/ou occupation, anarchique des bâtiments et des espaces scolaires au détriment des activités scolaires.

Pour YMAE Ong, la gratuité de l’éducation de base doit être, selon la loi, gratuite et Obligatoire ;
Pour YMAE Ong, Cette gratuité doit être pour tous, donc sans discrimination aucune
conformément à l’article 33 de la loi-cadre sur l’enseignement ;
Pour YMAE Ong, la gratuité doit consister à :
o La suppression de frais ascendant fixé et perçu par le Gouvernement.

Pour ce, YMAE ONG salue la suppression, depuis le 4 juillet dernier par le Gouvernement de la République ; du Ministère
de l’EPSP qu’il s’agit, de 4 frais ascendants relevant de la compétence du pouvoir central.
Exigeons aux Gouverneurs des Provinces, nouvellement élus, d’adhérer à l’engagement du Chef de l’Etat, celui de rendre l’enseignement gratuit, en supprimant leur tour, en application de l’article 171 de la loi-cadre, tous les frais (au nombre de 15 à 17 en moyenne) qui sont fixé à leur niveau de responsabilité ;
o La suppression sans délai des frais des évaluations certificatives à savoir : le TENAFEP et
l’EXAMEN D’ETAT puisqu’il s’agit des épreuves organisées par l’Etat qui en est le pouvoir
organisateur ;
o L’arrêt total de la prise en charge des enseignants par les Parents qui avili notre système éducatif depuis des années. Donc, la fin des frais des interventions ponctuelles installée devenues frais
pérennes. S’agissant de la problématique des enseignants « N.U » ; « N.P. » et des écoles non mécanisés, YMAE Ong invite, le SECOPE a ne point barguigner. Quant en ce qui concerne les écoles « N.C », YMAE Ong invite les Gouverneurs des provinces à résoudre cette question
conformément à l’article 171 de la loi-Cadre.
 Pour ce, comme organisation de la Société-civile, tout en refusant la prise en charge des enseignants par les Parents en réitérant son refus catégorique de perception des « FIP » dans les écoles, YMAE ONG propose uniquement, pour les écoles ayant un nombre considérable prouvé des « NU ».
Les parents et partenaires présents ont pris l’engagement de soutenir ce programme qui pousse le gouvernement à appliquer les lois de la République, dans ce pays.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager l'article/page

Pas de commentaires