Désaccord PPRD-AFDC : Quand la guerre de leadership Mwilanya-Bahati s’invite au FCC.

Point n’est besoin de rappeler que le Front commun pour le Congo est la reconfiguration de l’ancienne majorité présidentielle que dirigée AUBIN MINAKU comme Secrétaire Général. Déjà en 2016 Un député de cette majorité ,Honorable Patrick KAKWATA dénonçait la gestion opaque et chaotique de cette majorité présidentielle et avait invité les siens à l’autocritique pour aboutir à une structuration de la majorité présidentielle. Pour avoir posé un tel geste l’élu de Kolwezi a été chassé du bureau politique de la majorité présidentielle.
Sans tenant compte de cette expérience malheureuse de la MP qui en fait était un panier de crabes et un véritablement club des copains; Joseph KABILA KABANGE soucieux de conserver le pouvoir créé alors le Front Commun pour le Congo qui en réellement était l’élargissement de la majorité présidentielle avec l’entrée des anciens opposants et quelques figures de la sociétselocivile.
Pour Joseph KABILA KABANGE ,le FCC est sa boutique dont il doit gérer selon ses humeurs et rumeurs ,ainsi le FCC aura pour Autorité morale,JKK et coordonnateur Néhémie MWILANYA qui d’ailleurs était le Directeur de Cabinet de KABILA selon Merphy Pongo.
Cette structuration du FCC n’ouvrait aucune chance à l’expression démocratique. Une plateforme créée dans un vide idéologique autour de KABILA dont l’objectif était de faire gagner Emmanuel SHADARY à l’élection présidentielle et faire de KABILA l’acteur incontournable de la scène politique congolaise.

ÉCHEC DE SHADARY: KABILA crie à la traîtrise et trahison de ses collaborateurs
Malgré les moyens logistiques ,humains et financiers mobilisés autour de SHADARY ,ce dernier a été incapable d’obtenir 1 millions de voix des congolais.
Josèph KABILA se rend alors compte qu’il vit avec des traitres et doit les traiter ainsi. Ce qui fait qu’une grande magie électorale a été inventée par KABILA pour se taper 80% des sièges à l’Assemblée nationale ,le PPRD seul rafle 38% des sièges suivit de l’AFDC/A de Bahati.Pour tout observateur avertit le score fleuve du FCC et surtout ne surprend pas …l’on se souviendra des enregistrements audios d’une réunion du PPRD.

FCC de la plateforme électorale à la plateforme politique

Fort de ses 350 députés nationaux ,Joseph KABILA veut garder la main mise sur le pouvoir sans être au pouvoir ,Ainsi il contraint tous ces députés nationaux et présidents de regroupements politiques composant le FCC de lui faire une déclaration d’amour et fidélité ( à l’image d’un homme qui n’est pas sûr de la fidélité de sa femme). Il décide par ailleurs de la transformation du FCC en regroupement politique tout en promettant de mettre en place des organes de gestion quotidienne digne d’une structure comme FCC.Chose qui n’a jamais été faite jusqu’à ce jour.

FCC: UN CONGLOMÉRAT D’HYPOCRITES
Plus de deux mois après la transformation du FCC en regroupement politique aucune nouvelle structuration n’a été mise en place …au couloir tout le monde murmure mais personne n’est capable de prendre parole pour dénoncer cette situation.
Fort de sa position de Coordonnateur du FCC ( N°2 ) de la structure Néhémie MWILANYA devient le maitre de tout jusqu’à faire boire KABILA de pilules amères.
Une Guerre fracticide …car Néhémie MWILANYA veut effacer de la scène politique toute personne considérée à ses yeux comme obstacle à sa montée en puissance, sa première cible c’est Son propre frère du Sud Kivu ,Candidat malheureux à l’élection législative dans une même circonscription que L’actuel député Néhémie MWILANYA.
Face à cette nouvelle dictature qui ne dit pas son mot ,plusieurs camps se créent au FCC:
-Camp Néhémie MWILANYA ,-Camp SHADARY composé de tous les jeunes anciens candidats députés qui n’ont pas digéré leur échec à ses élections. Ce camp constitue une opposition au FCC ,car pour ses membres l’échec de SHADARY est l’oeuvre de ses détracteurs et l’échec de jeunes candidats du FCC est l’oeuvre de caciques qui ne veulent pas céder la place aux jeunes. Le dernier camp est celui de l’ancien SG de la MP, MINAKU qui conteste jusqu’à ce jour la légitimité de MWILANYA, pour eux depuis la transformation du FCC en regroupement politique ,Néhémie a cessé d’être coordonnateur du FCC ,car sa mission était de coordonner les activités électorales ,faire exécuter les instructions de KABILA. Et donc il devrait automatiquement s’effacer et attendre comme les autres l’avènement des nouveaux organes du FCC.
Faux ,rétorque le camp MWILANYA.
Cette zizanie entretenue volontairement par KABILA fait nourriture une haine Inter Frères, Les plus faibles se font marcher dessus …tel est le cas de l’AFDC/A, AABC..

ÉGOÏSME DU PPRD : CAUSE MALAISE AU FCC
Depuis l’ancienne majorité présidentielle il était reproché au PPRD de vouloir trop manger sans tenir compte des autres. Le même comportement est revenu en force au sein du FCC ,frustré par l’échec de son secrétaire Permanent à l’élection présidentielle, le PPRD veut punir intelligemment tous ses alliés sans considération de leur poids politique. Le PPRD s’est donc tapé le grand nombre des députés nationaux, sénateurs, Gouverneurs. Il dirige plusieurs assemblées provinciales ,dirige l’Assemblée nationale ,il compte diriger le sénat ,la primature et toutes les commissions permanentes du parlement.
Cette imposture est mal vu par BAHATI LUKWEBO professeur de son état avec une grande majorité des députés provinciaux, un nombre confortable des députés nationaux , son regroupement AFDC/A passe pour la deuxième force politique du pays.
A peine il a moins de trois gouverneurs ,dirige le poste de questeur de l’Assemblée nationale. La logique voudrait que comme la 1ere force politique dirige l’Assemblée nationale que le sénat ou la primature revienne à l’AFDC/A.
Le PPRD ne veut pas entendre de son oreille. Pour punir BAHATI c’est encore MWILANYA qui est mis en scène.

Guerre BAHATI-MWILANYA
A l’absence de Chisambo ,Néhémie MWILANYA veut devenir le nouveau homme fort du Sud Kivu…Mais BAHATI fort de son expérience politique ne veut pas lâcher la prise.
La montée figurante de l’AFDC ne plait pas à KABILA et Néhémie MWILANYA. Pour obtenir le silence de BAHATI les menaces d’invalidation de ses députés nationaux par la cour constitutionnelle ont été brandit ( certains noms sont déjà cité : Solange MASUMBOKO, Steve MBIKAYI,LUKULASI etc).
A défaut de renoncer à ses prétentions de diriger le sénat ou la primature ,BAHATI Véra le nombre de ses députés diminué sensiblement avec les invalidations de la cour constitutionnelle.
Un chantage que BAHATI ne veut pas se laisser ,lui par contre promet de quitter le navire du FCC si son regroupement ne dirige pas le sénat ou la primature.

VERS L’ECLATEMENT DU FCC ?
Plusieurs présidents de regroupements politiques membres du FCC, mécontents du comportement égocentrique de PPRD et de l’autoritarisme de Néhémie MWILANYA se disent être prêt à quitter le FCC mais attendent d’abord que la cour constitutionnelle rende son dernier arrêt sur les contentieux électoraux.
En dehors des regroupements il y’a aussi des individus qui sont prêt à quitter le FCC s’ils n’obtiennent une petite portion de pouvoir dans le futur gouvernement.
A cette allure nous risqueront d’assister à une reconfiguration de la majorité parlementaire …Un grand nombre des regroupements qui vont quitter vont créer leur propre plateforme politique ainsi donc se rapporter du CACH pour faire un bloc contre le FCC.
Conscient d’une grande crise de confiance qui règne au FCC, Joseph KABILA ne voulait en aucun instant que Félix TSHISEDI nomme un informateur ,car cela sonnera la fin de son conglomérat. Mais malgré ,ça l’éclatement du FCC est pour demain.
Tant que MWILANYA sera coordonnateur du FCC, L’AFDC de BAHATI ne dirigera aucun poste stratégique du pays. Pour BAHATI tant qu’il sera membre du FCC dirigé par MWILANYA, l’AFDC ne servira plus de marchepieds du PPRD ,soit on respecte si son poids politique, soit il claque la porte du FCC.

En conclusion l’heure est grave au FCC, les futurs arrêts de la cour constitutionnelle, l’élection au sénat ,la nomination du premier ministre et formation du gouvernement seront les événements qui confirmés la survie ou non du FCC comme première force politique.

Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires