Depuis le 30 novembre 1999, ces casques bleus sont en RDC : 20 ans après, cette mission des Nations Unies a-t-elle fait sa part ? Si oui, qu’elle laisse la place aux FARDC.

En 1998, la RD Congo est au cœur d’un conflit qui implique implique les forces armées de près d’une dizaine de pays africains ainsi que plusieurs groupes armés congolais et étrangers. A partir de 1999, la communauté internationale se mobilise pour le règlement du conflit que les parties au conflit peinent à établir des avancées militaires.

Plusieurs accords de cessez-le-feu sont signés dont l’Accord de Syrte entre l’Ouganda et la RD Congo (en avril 1999) et l’Accord de Lusaka. Malgré ces avancées, les massacres et combats persistent.

C’est dans le but d’assurer la mise en œuvre de ces accords de cessez-le-feu que le Conseil de sécurité crée la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), dans sa résolution 1279 du 30 novembre 1999. Ensuite, se référant aux recommandations du Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité autorise le déploiement d’un maximum de 90 membres du personnel militaire de liaison onusien. De plus, du personnel civil est envoyé dans les capitales des États signataires, dans les quartiers généraux provisoires de la Commission militaire mixte, dans les quartiers généraux militaires à l’arrière des principaux belligérants en RDC.

Enfin, le déploiement débute lorsque le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) signe à son tour l’Accord de cessez-le-feu de Lusaka. La MONUC était ainsi constituée avec, dans un premier temps, 5,537 militaires et 500 observateurs, qui furent déployés en RD Congo en février 2000.

Aujourd’hui, l’armée loyaliste de la RDC est capable de sécuriser le territoire national. Déjà, le vaillant général Amissi Tango est au front avec les militaires qui maîtrisent bien le coin à Beni, Butembo, Goma, Masisi et autres.

Nous osons croire que la MONUSCO a fait sa part, il est temps, qu’elle ferme bagage pour permettre aux militaires congolais de mener seul l’offensive. Il n’y’a pas des guerres au Congo. Adieu la MONUSCO.

Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires