*Crise du maïs à Kananga : le gouvernement provincial ouvre des réflexions en vue des solutions concertées.*

Préoccupé par les cris des centrekasaïens à la suite de la hausse vertigineuse et inquiétante du pris de la mesurette du maïs sur les marchés de la ville de Kananga, passé de 1500Fc à aujourd’hui 4500 voire 5000 fc, le Gouverneur du Kasaï Central Martin Kabuya a ce vendredi 22 Novembre présidé dans la salle des réunions de l’hôtel du gouvernement provincial une importante réunion avec les intervenants dans le secteur du maïs notamment le comité d’evacuateurs des produits agricoles CEPA, la direction générale de la région-Nord Sncc, la Fec, Fenapec ainsi que la synergie des mouvements citoyens outre ses services techniques._

C’est à la suite d’une lettre du mouvement citoyen Lutte Pour le changement, LUCHA/kananga adressé au chef de l’exécutif provincial sollicitant un cadre d’échange pour des stratégies concertées à prendre visant l’obtention de la réduction du prix de ce produit de première nécessité pour les ménages de cette région.

Martin Kabuya a face à ses interlocuteurs présenté les efforts inlassables fournis par son gouvernement lesquels ont permis à tracter une quantité importante du maïs sur la ville.
Cependant le chef de l’exécutif provincial s’indigne que ces efforts aient visiblement fait face à la mauvaise foi de certains citoyens vendeurs de ce produit qui ont pensé spéculer le prix sur le marché.

*” La ville de Kananga selon les statistiques des services techniques consomme en l’espace d’un mois aumoins 15 tonnes de maïs mais sur cette ville la sncc a tracté le mois d’octobre dernier aumoins 3541 tonnes de maïs, ce qui aurait constitué une réserve stratégique pour combattre une éventuelle disette, je n’ai pas compris comment le pris du maïs n’a fait que prendre de l’assenceur”* s’étonne le gouverneur Martin Kabuya qui dit ne s’être pas arrêté là.

_Au cours des réflexions, les intervenants sont revenus chacun sur les causes de cette hausse fustigeant non seulement la spéculation des vendeurs mais également le comportement des organisations d’aide humanitaire qui n’achètent que sur la ville pour ravitaller les paysans.

Les participants à ces assises qui, à l’unanimité retiennent que la solution durable à long terme serait que le Kasaï Central réduise sa dépendance vers la province du Kasaï en produisant ses propres maïs, suggèrent toutefois que le gouvernement provincial envisage d’autres solutions urgentes pour enrayer la spirale infernale sur le marché._

Le gouverneur Martin Kabuya a fait des assurances quant à la production locale, il devra lui-même donné l’exemple en ayant ses propres champs, ses collaborateurs également a-t-il promis, invitant à l’occasion toute la population à s’investir dans l’agriculture.

Les militants de la synergie des mouvements citoyens, ont dit particulièrement leur satisfaction quant à l’échange sur une question préoccupant l’opinion provinciale, François Daniel Kapuka et Potien Divin Misenga du mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA se sont félicités d’avoir été écoutés par le chef de l’exécutif provincial qu’il ont invités à travailler dans le sens à alléger les peines des centre-kasaïens.

Robert KALEMBA / Celcom Kasaï Central

Partager

Pas de commentaires