Covid-19 : la CASE invite la population de rester à la maison et surtout de respect les règles d’hygiène contre ce fléau. Simaro Ngongo Mbayo (USA)

41

Covid-19, Simaro Ngongo MBAYO, président de la CASE, Analyste des élections et consultant international en Gestion du processus électoraux. En sa qualité de membre actif de la société civile se prononce sur l’urgence du pays face à ce Coronavirus.

La RDC est touchée depuis bientôt deux semaines par la pandémie du coronavirus qui affecte le monde entier.

Le président de la CASE demande au gouvernement de s’assumer. 6 nouveaux cas sont confirmés par le ministère de la santé.
6 cas à Kinshasa dont 2 cas importés et 4 transmissions locales.
Sur ce le pays compte désormais 34 cas confirmés

Ainsi, depuis les États-Unis d’Amérique, Simaro Ngongo suit de près l’évolution de la pandémie du coronavirus dans son pays comme partout à ailleurs. Le nombre des cas ne cesse de croitre.

Cette situation nous impose, non seulement à une prise de conscience générale du danger qui nous guette mais aussi d’une observence stricte des mesures préventives arrêtées par l’OMS et le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Sur ce, Je demande à mes frères et sœurs de rester à la maison, le virus ne se promène pas, c’est sont les personnes qui l’amènent d’un endroit à l’autre ou d’un pays à l’autre.

Maintenant tout le monde doit comprendre que nous ne sommes pas en guerre avec les rebelles mais dans une guerre sanitaire.

Nous ne luttons ni contre une armée ni contre un autre pays.

Depuis le début du coronavirus, on ne parle même pas de la guerre à l’Est, comme pour dire que le coronavirus est plus que la guerre parceque cette pandémie attaque tout le monde sans exception.

J’en appelle donc, à votre sens de responsabilité et à la solidarité africaine pour aider ceux qui manquent à manger pendant le confinement.

Dans notre pays comme ailleurs, le coronavirus a perturbé les activités électorales et économiques. Cependant, l’élection municipale du 22 mars en France, l’élection présidentielle du 3 mai à Bolvie, sont renvoyées à plus tard dans le seul but de protéger la population.

Gardons notre déontologie entant que observateur je prie à la population d’éviter toute polémique politicienne car la question nécessite l’apport des chercheurs et autres médecins.

Malgré la progression du coronavirus,
le pays ne peut pas s’arrêter à fonctionner, je demande cependant, au gouvernement, à l’Assemblée Nationale et au Sénat de programmer leurs activités.

Le Conseil des Ministres, les plénières de deux chambres doivent continuer à fonctionner régulièrement. Il est extrêmement urgent de traiter les questions essentielles du pays.

Le confinement de chaque province serait important pour stopper la progression du virus.

Que Dieu bénisse les membres de la Commission Africaine pour la Supervision des Elections (CASE);

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires