Chine – la lutte contre le Coronavirus. Zhu Jing, Ambassadeur accrédité en RDC révèle que son pays est déterminé à vaincre ce virus.

23

La Chine est engagée depuis décembre 2019 dans la lutte contre la pneumonie causée par un nouveau coronavirus (2019-nCoV). Le bilan s’est établi, au jour du dimanche 2 février, à 14501 cas d’infection confirmés en Chine ( y compris HongKong, Macao et Taiwan ), dont 304 décès et 429 rétablis, et 147 cas dans 22 pays étrangers, un décès aux Philippines. La propagation de l’épidémie attire l’attention du monde entier. Alors qu’elle entre dans une phase cruciale, trois quesions se posent.
D’abord, est-ce que le gouvernement chinois a réagi vite et à temps contre l’épidémie ? Les mesures de prévention et de contrôle sont-elles efficaces et transparentes?
La réponse est OUI ! Pour le gouvernement chinois, la santé et la sécurité de la vie du peuple est la priorité des priorités. Dès l’apparition des premiers patients de l’épidémie à Wuhan, les autorités sanitaires chinoises se sont mises en action dans la transparence. Elles ont accompli, en l’espace de 7 jours, les tests d’amplification de l’agent pathogène, de la séquence du génome du virus, et des acides nucléiques. Un record du monde à l’égard des recherches de l’épidémiologie.


Toutes les données et informations sur l’épidémie sont communiquées immédiatement à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et à travers cette dernière, mises à la disposition des autorités médicales des autres pays.
En même temps, le gouvernement chinois a pris des mesures draconiennes et sans précédantes pour freiner la propagation du virus. A Wuhan, chef-lieu de la province du Hubei, métropole de 11 million d’habitants et épicentre de l’épidémie, toute la ville est mise en quarantaine. Dans d’autres villes, la populaiton est déconseillée de sortir de chez eux et les déplacements sont limités. Avec ces dispositions, la Chine protège non seulement sa propre population, aussi celle du monde entier. Sur le plan du traitement, malgré les effectifs insuiffisants et les difficultés d’approvisionnement des matériaux de protection, les médecins travaillent jour et nuit.

Deux hôpitaux temporaires sont construits en quelques jours et mis en service rapidement.
Les efforts déployés sont plutôt efficaces, puisque pour l’instant, 99% des cas d’infection restent en Chine. L’OMS affirme que la Chine mérite la gratitude et le respect pour sa réaction face au Coronavirus et ses décisions visant à limiter sa propagation à l’étranger.
Ensuite, la Chine est-elle en mesure de gagner la lutte contre le Coronavirus ?
La réponse est OUI ! Trois raisons nous permettent d’être optimiste. Premièrement, avec son système particulier de socialisme à la chinoise, la Chine est capable de concentrer ses efforts pour relever les grands défis. Sous la direction en personne du président Xi Jinping, on a réussi à établir un système global de prévention et de contrôle à plusieurs échelons. Les actions dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus s’organisent et se coordonnent autour du gouvernement central et des autorités locales. La communication sur l’évolution de l’épidémie se fait régulièrement auprès du public dans la transparence. La solidartié nationale est bien mobilisée. Plus de 6000 médecins et soignants venant de 30 provinces sont arrivés à Wuhan.

Deuxièmement, la Chine dispose d’une grande puissance d’Etat. Son PIB annuel qui s’élève à 14000 milliards de US dollar et sa capacité de production de premier rang mondial lui offrent des moyens solides et des avantages considérables. Le Ministère chinois des finances vient d’accorder une enveloppe de 9,95 milliards de Yuan Renminbi (1,4 milliards US dollar) en faveur de la lutte contre le Coronavirus. Les expériances accumulées dans les luttes précédantes contre d’autre épidémie telle que le SRAS en 2003 nous donnent aussi beaucoup de confiance.
Troisièmement, l’engagement du personnel médical et leurs sacrifices constituent une force unique. M.Zhang Dingyu, directeur de l’hôpital Jinyintan à Wuhan, souffrant de la sclérose latérale amyotrophique, insiste à travailler sur la première ligne. Il souhaite gagner la course contre le temps qui lui reste pour sauver la vie des patients et accomplir ainsi la mission la plus importante.
La troisième question qui se pose : Que faut-il faire à la communauté internationale pour gagner la lutte contre l’épidémie ?
A l’époque de la mondialisation, la lutte contre les épidémies doivent se faire à l’échelle mondiale. Il faut garder le sang-froid, maintenir la communication, coordonner nos actions, et résister à la panique et à l’égoïsme. Fermer la porte, faire monter la tension et spéculer sur les informations infondées sont irresponsables. La déclaration par l’OMS d’une urgence de santé publique de portée internationale constitue un nouveau point de départ pour la collaboration internationale dans la lutte contre le nouveau Coronavirus. Selon cette organisation, il est encore possible d’interrompre la propagation de l’épidémie. L’important, ce sont des actions conjointes de la communauté internationale et non à l’imposition des restrictions aux voyages ou au commerce entre les Etats.

Le gouvernement chinois continuera à travailler avec la communauté internationale de façon ouverte, transparente et responsable. Nous considérons autant la santé et la sécurité des ressortissants étrangers vivant en Chine que les citoyens chinois, et prendra des mesures nécessaire à temps pour répondre à leur souci.
Depuis le début de la crise, beaucoup d’amis congolais ont exprimé leur sympathie et leur solidarité envers le peuple chinois. Au nom de l’Ambassade de Chine en RDC et de moi-même, je tiens à leur expimer mes gratitudes sincères. Pour soutenir la prévention et le contrôle sur le territoire congolais contre le Coronavirus, l’Ambassade de Chine demande aux citoyens chinois recemment rentrés de Chine de se mettre en quanrantaine avant de reprendre le travail, et communiquer tous les jours à l’Ambassade leur état de santé. Nous sommes prêts à agir en concert avec les autorités congolaises, et les autres pays du monde, afin d’éradiquer le plus tôt possible cette épidémie.
La Chine a connu de nombreuses épreuves dans son histoire, mais n’a jamais reculé devant les difficultés et s’en sort toujours plus fort. Comme on dit souvent en Chine, la crise implique des opportunités. On peut sortir de la crise par un nouvel essor, à condition de bien tirer les leçons et les expériences. Il n’est point de bonheur sans nuages. Au jour où on gagnera la lutte contre le nouveau Coronavirus, le système de la santé publique en Chine sera pecfectionné d’avantage. La Chine et le monde aura un avenir meilleur.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires