Affaires SOGECO et Consorts, Me Toussaint Alonga fixe l’opinion : “le contentieux déjà réglé, seule propriétaire, l’Eglise de l’apôtre Léopold Mutombo”.

L’église Ministère Amen propriétaire en vertu d’un certificat d’enregistrement, du lieu où abrite son ministère est en conflit avec l’Ongd UCDALS dirigée tantôt par Monsieur Aron Muyenga tantôt par une autre personne non autrement identifiée. Cette société avait des prétentions sur la même concessioon depuis plusieurs années.

C’est dans ce cadre que Me Toussaint Alonga avocat conseil du Ministère Amen a fait une mise au point pour éclairer la communauté nationale et internationale.

Déjà en 2011, l’église Amen de l’apôtre Léopold Mutombo ne pouvant pas se rendre justice avait saisie la justice atravers le tribunal de grande instance Kinshasa-Matete pour mettre fin à la démarche des détracteurs qui tentent de salir l’image de l’institution Église.

Il révèle cependant, que le tribunal avait condamné l’Ongd UCDALS et avait ordonné la rétractation de son jugement qui conditionnait le déguerpissement de l’église Amen propriétaire de la concession longtemps convoitée a souligné Me Toussaint Alonga avocat conseil. Ce jugement dira-t-il, avait été rétracté non seulement rétracté mais son titre (son certificat d’enregistrement) avait était également annulé.

Nous sommes là, dans une procédure contradictoire contre UCDALS l’ongd et monsieur Aron son patron.

Toujours en 2011, indique-t-il, un autre fait important, la société SOGECO avait dans une procédure aussi contradictoire devant le tribunal de paix Kinshasa-Lemba, condamné à la demande de la société SOGECO monsieur Aron Muyenga gérant de l’Ongd UCDALS et après avait été également condamné dans une procédure pénale pour faux et usage de faux, et le même tribunal avait demandé cependant, l’arrestation immédiate de ce dernier.

Me Toussaint Alonga avocat conseil du Ministère Amen révèle par ailleurs que dans une vente régulière, le ministère Amen avait transigé avec cette société. Le ministère dispose de tous les actes réguliers qui lui permet d’obtenir le certificat.

En outre, UCDALS ongd, le fondement de ses droits de propriété, le tire d’un arrêté ministériel déclara la concessioon dont question bien sans maitre. Il rappel sur ce, que des tels pratiques n’existent plus en République Démocratique du Congo. Déjà sous la deuxième Républiqueépublique, le président Joseph Désiré Mobutu avait pris une ordonnance, supprimant toutes les procédures des biens sans maitre. Et que les biens des expatriés ou des congolais qui étaient sous l’empire de cette procédure des biens sans maître était renvoyé dans la procédure des droits communs.

A ces jours, en République Démocratique du Congo on ne peut nullement parler d’un bien sans maître. Malheureusement de tels pratiques existent encore dans les têtes d’un bon nombre des congolais qui veulent saper l’honneur de la justice et de l’église. UCDALS Ongd va obtenir un arrêté et fort de cet arrêté, va saisir les cours et tribunaux et optée à son temps, la décision pour déguerpir ceux qui occupent la concession. Tout récemment, devant le tribunal de paix Kinshasa-Matete, Monsieur Aron Muyenga dans une procédure initiée par lui même, a été débouté.
Ici on se retrouve devant trois décision judiciaire indique Me Toussaint Alonga avocat conseil du Ministère Amen, notamment deux décisions au pénal qui le condamne pour faux et usage de faux qui ordonne la confiscation et la destruction de certificat d’enregistrement au non de l’Ongd UCDALS. Le fait que le juge pénal a censuré les prétentions de toutes les parties dans une procédure pénale, on devrait considérer pour vérité les éléments contenus dans la décision pénale et que toute autre recours administrative devant les autorités de la République quelque soit le niveau est nul et nul effet parceque le juge ayant la compétence à la matière a déjà opiné quant à ce.

A l’instant, le contentieux entre le ministère Amen dirigé par l’apôtre Léopold Mutombo, la société SOGECO a donc été fondamentalement réglé. Et de ce qui a été dit en ce qui concerne le ministère Amen et la société SOGECO, la présidence de la République est saisie du dossier sur l’existence d’un certain contentieux,

Devant le conseiller principal du chef de l’État en matière juridique, Me Toussaint Alonga avocat conseil du Ministère Amen a fait valoir toutes les décisions judiciaires en matière pénale et civile. Jusque là, il attend la suite qui lui sera réservé quant à ce. Il faut éviter de tenir l’image de l’église Amen et son représentant légal. Une démarche dénouée de tout fondement parceque les décisions présentées, et les titres de propriété donnent plein droit au ministère Amen atteste suffisamment que cette église a le droit de réaliser ses activités sur la dite consessioon en vertu des certificats et les décisions judiciaires y relatives.

Me Toussaint Alonga avocat conseil du Ministère Amen met en garde tous ceux qui exposent l’institution comme Église au péril de sa réputation. Pareille comportement ne sera pas toléré.

Thierry Kasongo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires