Accès des enfants dans les médias : la CE4 ZA donne un rapport inquiétant. 10% de participation en RDC et 2% à Kinshasa. Thierry Kasongo

59

Ce rapport de la Coordination des Enfants Communicateurs pour le Changement de Comportement, CE4 Zone Afrique inquiète les organismes du système des nations unies œuvrant en RDC qui invitent le président de la République à revoir cette question en sa qualité de Papa de tous les enfants du pays, et Denise Nyakeru Tshisekedi la mère de tous les enfants..

En effet, le taux de participation des enfants dans les médias congolais est très faible. 10 % de participation pour l’ensemble du pays et 2% pour la seule ville de Kinshasa. Un taux de participation qui inquiète les enfants dits Journalistes qui plaident pour l’accès de leurs pairs.

Des provinces comme le Tanganyika, la Lomami, le Haut-Uele, le Bas-Uele, le Sud-Ubangi, et le Maniema, le taux de participation est en deçà de 0,5.

Top Congo a des bonnes émissions interactives mais, aucune émission des enfants. La chaîne Nationale a perdu le nord indique le même rapport.

Par ailleurs, les provinces du Haut Katanga, le Kasaï Oriental, le Kasaï Central, le Kongo Central et le Lualaba sont en tête avec 1%. il y’a également des entités où l’on a jamais installé une station de radio.

Ce rapport fait remarquer que le territoire de Luilu fait une exception avec la présence de plus de 7 radio privée. Et, ici on reconnaît l’implication des élus de ce territoire, en particulier, l’honorable Anaclet Kalimw Songo Kund qui fait la différence avec sa radio et télévision RT Sans Frontières basée à Wikong.

Le même rapport indique que les enfants Congolais participent massivement dans les médias les jours de Noël et de nouvel.

Là, encore, on déplore le type de participation. Les enfants vont juste pour passer les dédicaces et ensuite sécher les chaines de télévision et station de radio, pour revenir une année après lors des fêtes de fin d’année.

Dans ce rapport-enquête publié par cette structure d’encadrement des enfants dits Journalistes, il est dit que les directeurs des programmes des médias congolais ont politisé les radios et télévisions. Plus du temps des espaces, sont occupés par les émissions politiques, les théâtres, les séries et la musique à gogo mais avec un contenu qui n’apporte ni éducation ni instruction, ni moins un élément de développement chez les enfants.

Aucun programme éducatif pour les enfants, aucune émission animée par un enfant pour les enfants. Bref, la grille des programmes n’est pas adaptée au contexte du changement de comportement. Les enfants consomment des programmes des adultes avec toutes les conséquences.

Ce rapport encourage l’ambassadeur spécial pour les droits des enfants, qui tient à mobiliser les responsables des radios et des télévisions à revoir leur politique.

Les médias ont un impact considérable sur notre façon de voir le monde et sont par conséquent très bien placés pour influencer nos attitudes vis-à-vis des droits de l’enfant en les impliquant directement.

Le directeur des programmes dans le cadre de leur travail, ils peuvent inciter les enfants, les gouvernants, le public et la société civile à faire des changements.

Les médias sont en position de force car ils peuvent à la fois soulever des débats sur les problèmes des enfants et donner aux enfants les moyens d’exprimer leurs propres opinions.

La Convention relative aux droits des enfants fait une allusion directe à leur rôle en demandant aux gouvernements d’« encourager les médias à diffuser une information qui présente une utilité sociale et culturelle pour l’enfant. »

Les médias peuvent contribuer directement à la réalisation des droits de l’enfant en sollicitant l’avis des enfants et en traitant l’actualité de leur point de vue, renforçant ainsi la capacité des enfants à participer activement aux événements qui influent sur leur vie. Dans le même temps, les médias ont la responsabilité de protéger les enfants en s’abstenant de présenter des stéréotypes et des reportages à sensation.

Pour en savoir plus sur ce que les médias peuvent faire pour promouvoir et protéger les droits des enfants, contactez la CE4 Zone Afrique par le truchement du bureau régional dirigé par l’ambassadeur spécial pour les droits des enfants.

Dorine Nyembo
Rédaction
+243990210011

Partager

Pas de commentaires